Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour la première fois depuis 2001, le nombre d'enfants par femme a reculé, indique l'Office fédéral de la statistique (OFS) jeudi. La diminution des naissances chez les étrangères serait à l'origine de cette baisse.

Alors qu'il progressait continuellement depuis 2001, où il se situait à 1,38, l'indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) est passé de 1,54 en 2010 à 1,49 l'an dernier, note l'OFS dans un communiqué sur les résultats provisoires de la statistique du mouvement naturel de la population. Ce recul situe ainsi l'indicateur en dessous du niveau de 2009 (1,5).

Moins de bébés

La cause de ce recul pourrait venir de la baisse du nombre d'enfants chez les étrangères, a expliqué à l'ats Fabienne Rausa, de la section Démographie et migration de l'OFS. Selon les estimations de l'OFS, il est passé de 1,91 en 2010 à 1,75 en 2011, alors qu'il n'a pas bougé (1,42) chez les Suissesses.

Ce recul provoque une stabilisation du nombre de naissances, après une progression de 10% depuis 2005. L'année passée, 80'300 enfants sont nés, à peine plus qu'en 2010 (80'290), remarque l'OFS.

Avec un nombre de décès lui aussi stable à 62'000 personnes, l'accroissement naturel de la population, c'est-à-dire la différence entre les naissances et les décès, a quand même augmenté de 3,7% (18'300) par rapport à 2010.

Moins de mariages

Les mariages célébrés en Suisse ont diminué en 2011. La baisse se situe à 4,1%. Ce sont surtout les mariages mixtes et entre étrangers qui ont reculé de respectivement 7,8% et 6,9%, remarque le communiqué.

Par ailleurs, le nombre de partenariats enregistrés a continué à baisser depuis son introduction en 2007. Par rapport à 2010, il y a en a eu 6,9% de moins, soit une baisse de 50 à 670.

ATS