Navigation

Primes en baisse pour Axa Winterthur au premier trimestre

Ce contenu a été publié le 07 mai 2014 - 08:58
(Keystone-ATS)

AXA Winterthur accuse un premier trimestre en repli. L'assureur zurichois contrôlé par le groupe français AXA a vu son volume d'affaires fléchir de 6,8% à 7,362 milliards de francs. Les primes brutes encaissées subissent un recul identique (-6,8%) à 7,331 milliards.

Le directeur général du groupe, Antimo Perretta, se dit néanmoins satisfait de la marche des affaires: "Dans les affaires d'assurance de dommages, les recettes de primes ont une nouvelle fois augmenté, ce qui est très réjouissant. Et, dans l'assurance-vie, l'évolution (...) est conforme à nos attentes", affirme-t-il dans un communiqué.

Dans l'assurance-vie, le volume d'affaires s'est contracté de 11,2% à 4,616 milliards de francs. Les nouveaux contrats ont, eux, chuté de 40% à 180 millions.

Même tendance du côté des affaires collectives, celles-ci affichant des primes en baisse de 11,4% à 4,922 milliards de francs. Les nouveaux contrats ont plongé de 44,3% à 152 millions. Ces contre-performances s'expliquent, selon la société, par "le recul des nouvelles conclusions dans l'assurance complète" après les records de 2012 et 2013.

Progression dans l'assurance dommages

Les assurances vie individuelle ont, pour leur part, subi un reflux de 7,7% à 253 millions. Les nouvelles affaires ont, en revanche, crû de 3,5% dans ce secteur.

La branche assurance dommages tire, pour sa part, son épingle du jeu. Avec des primes en hausse de 1,6% à 2,746 milliards de francs.

Pour rappel, Axa Winterthur a dégagé des résultats en léger repli l'an dernier, malgré l'évolution positive des primes. Son bénéfice net a diminué de 3,2% à 822 millions de francs et son résultat opérationnel de 3% à 838 millions, pénalisé par le bas niveau persistant des taux d'intérêt. A contrario, les recettes de primes ont augmenté de 6,1% à 12,14 milliards.

Recul aussi pour Axa

De son côté, la maison mère Axa a vu son chiffre d'affaires reculer de 1% au premier trimestre, à 28,5 milliards d'euros (34,7 milliards de francs), pénalisé par la vigueur de la monnaie européenne. L'assureur français précise que sa croissance, en données comparables, s'établit à 2%.

Hors effets de change, notamment l'appréciation de l'euro face au dollar américain et aux devises asiatiques, toutes les lignes de métier ont tiré les revenus à la hausse.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.