Navigation

Procédure pénale ouverte contre le jeune délinquant "Carlos"

Ce contenu a été publié le 23 juin 2014 - 10:19
(Keystone-ATS)

Une procédure pénale pour dommages à la propriété a été ouverte contre le jeune délinquant "Carlos". Il est accusé d'avoir démoli des cellules lors de son séjour dans le Centre de mesures d'Uitikon (ZH). Comme il était majeur au moment des faits, ce n'est pas la justice des mineurs qui s'applique, mais celle des adultes.

La procédure a été ouverte le 2 juin, soit environ deux semaines avant l'annonce de la fin des mesures spéciales d'encadrement pour "Carlos" (nom fictif), a indiqué le Ministère public zurichois, confirmant une information de la "NZZ am Sonntag". Le jeune délinquant a séjourné dans le Centre de mesures d'Uitikon de novembre 2013 à février 2014.

Bientôt libre

"Carlos" sera bientôt libéré. Le juge zurichois des mineurs a annoncé mercredi qu'il met un terme aux mesures spéciales d'encadrement "qui n'ont plus d'effet ni éducatif ni thérapeutique". Le jeune homme continue d'être pris en charge jusqu'à fin septembre.

S'appuyant sur le secret professionnel, le magistrat a refusé de donner des détails supplémentaires. Il n'est pas autorisé à dire si "Carlos" est toujours potentiellement dangereux.

Un dispositif particulier avait été mis en place il y a quatre mois environ. Il prévoyait que le jeune homme se forme intensivement, travaille ou fasse au moins un stage, tout en suivant une thérapie. Il n'avait le droit de pratiquer la boxe thaï que pendant son temps libre.

Mesures d'encadrement

C'est le Tribunal fédéral qui avait ordonné de sortir "Carlos" du département fermé du Centre de mesures d'Uitikon. La justice des mineurs avait alors deux possibilités: libérer le jeune homme ou lui administrer un nouveau traitement spécial. Compte tenu du potentiel de dangerosité de "Carlos", il a bénéficié des mesures d'encadrement, pour une facture mensuelle de 19'000 francs.

L'affaire "Carlos" a débuté en août 2013 avec la diffusion d'un reportage de la télévision alémanique SRF. Celui-ci avait dévoilé l'encadrement spécial mis en place pour le jeune délinquant, d'un coût de 29'000 francs par mois, entraînement de boxe thaï inclus. Ces révélations avaient provoqué un tollé.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article