Navigation

Quino dénonce le détournement de sa Mafalda par les anti-avortement

Le mouvement anti-avortement argentin a utilisé la célèbre Mafalda pour leur campagne. Mais son créateur Joaquin Lavado, dit Quino, n'avait pas donné son accord: "cela ne reflète pas ma position et je demande que ces images soient retirées" (archives). KEYSTONE/AP/NATACHA PISARENKO sda-ats
Ce contenu a été publié le 20 juillet 2018 - 03:16
(Keystone-ATS)

Le caricaturiste Joaquin Lavado, connu sous le nom de Quino, n'a pas donné son autorisation pour que sa légendaire Mafalda soit utilisée par le mouvement qui s'oppose à la légalisation de l'avortement en Argentine. "Cela ne reflète pas ma position", affirme-t-il.

Quino, qui vient d'avoir 86 ans, a expliqué jeudi que "des images de Mafalda portant le foulard bleu symbolisant l'opposition à la loi sur l'interruption volontaire de grossesse ont été diffusées". Or "je n'ai pas donné mon autorisation, et je demande qu'elles soient retirées", complète-t-il.

"J'ai toujours suivi les causes des droits de l'Homme en général et les causes des droits des femmes en particulier, et je leur souhaite bonne chance dans leurs revendications", a ajouté le créateur de la célèbre fillette irrévérencieuse créée il y a plus de 50 ans.

L'image montre une Mafalda souriante avec un foulard bleu clair sur lequel on peut lire: "Sauvons les deux vies", le slogan des pro-vie, à côté de la photo de Quino avec une supposée citation du dessinateur dans laquelle il dirait "ne pas porter un foulard vert parce que sa couleur est bleu clair". Une citation que le dessinateur a également niée.

Le foulard vert est depuis 2003 le symbole en Argentine de la campagne nationale pour un avortement légal, sûr et gratuit.

Le 8 août, le Sénat prévoit d'examiner le projet de loi visant à légaliser l'interruption volontaire de grossesse, qui a déjà été approuvé par la Chambre des députés.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.