Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

On ne stoppe pas non plus Rafael Nadal à Melbourne ! Plus "animal" que jamais dans ses frappes, le Majorquin a rejoint Roger Federer en finale de l'Open d'Australie 2017.

Rafael Nadal s'est qualifié à la faveur de sa victoire en cinq sets - 6-3 5-7 7-6 (7/5) 6-7 (4/7) 6-4 - devant Grigor Dimitrov au terme d'une superbe demi-finale longue de .4h56' Bousculé dès le premier jeu par le Bulgare, il a dû serrer sa garde comme jamais et se jeter sur chaque balle comme un mort de faim pour offrir à tous les amateurs de tennis cette finale de rêve. Roger Federer sait parfaitement que les heures passées sur le court face à Dimitrov ne pèseront pas dimanche. Rafael Nadal possède une qualité que seuls les grands champions cultivent: la faculté d'enchaîner.

Quel que soit le vainqueur de l'Open d'Australie 2017, il y aura bien un happy end à l'issue de cette quinzaine qui fera date dans l'histoire. Pour la première fois de l'ère Open, les quatre finalistes des simples, Venus Williams, Serena Williams, Roger Federer et Rafael Nadal, sont, en effet, âgés de 30 ans ou plus.

A 25 ans, Grigor Dimitrov a encore bien le temps pour accéder à son tour au stade ultime d'un tournoi du Grand Chelem. A Melbourne, le "Baby Fed" a pris date. Il est désormais bien improbable qu'il ne gagnera pas bientôt un grand titre s'il témoigne toujours de l'application qui est la sienne désormais depuis six mois. Face à Nadal, il lui aura manqué ce soupçon de malice en slice que Roger Federer sait si savamment distillé. Notamment dans le jeu décisif du troisième set, crucial quant à l'issue de la partie, au cours duquel il aurait eu bien besoin d'alterner les effets pour briser la cadence infernale imposée par Rafael Nadal. Et aussi une pointe de réalisme sur la fin du cinquième set avec les deux balles de break dans sa raquette à 4-3 15-40 qu'il n'a pu convertir. Mais personne ne peut lui tenir rigueur de ne pas avoir transformé l'essai lors de ce huitième jeu. Rafael Nadal a sorti des coups venus d'ailleurs à l'instant même où il était le dos au mur.

Qualifié une vingt-et-unième fois pour la finale d'un tournoi du Grand Chelem, un bonheur qu'il n'avait plus connu depuis la conquête de son quatorzième titre majeur en juin 2014 à Roland-Garros, Rafael Nadal revient peut-être d'encore plus loin que Roger Federer. Diminué par les blessures pendant plus de deux ans, des blessures "mentales" parfois comme il devait l'avouer, le Majorquin a collectionné les désillusions dans les tournois du Grand Chelem. Personne n'a oublié les images de son retour vers les vestiaires après son incroyable défaite face à Fabio Fognini lors de l'US Open 2015 où sa détresse et sa solitude éclataient au grand jour . Ou sa défaite au premier tour l'an dernier à Melbourne face à Fernando Verdasco. Oui, on peut parler d'une véritable résurrection.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS