Le Service archéologique de l’Etat de Fribourg (SAEF) a procédé à une fouille d’urgence de 51 tombes à Romont. Celles-ci datent a priori de la transition du Moyen-Age à l’Epoque Moderne et pourraient être en lien avec une léproserie.

Des ossements ont été signalés à la mi-novembre dans les excavations de l’extension d’un bâtiment industriel à l’entrée nord-est de Romont, a indiqué mercredi l'Etat de Fribourg. Une situation qui a nécessité un "branle-bas de fouille d’urgence". Du jour au lendemain, le SAEF a placé l'intervention en priorité absolue.

Quatorze tombes ont été identifiées initialement. Finalement, 51 inhumations ont été fouillées jusqu’au 22 novembre, délai négocié avec l’entreprise de construction. Malgré des conditions météorologiques difficiles et un terrain boueux, une équipe de 7 à 12 techniciens et scientifiques s’est engagée dans les travaux.

Il a fallu dégager et étiqueter des squelettes, décrire leurs caractéristiques, organiser la couverture photographique pour la modélisation 3D, mesurer précisément des emplacements, et en dernier lieu prélever des ossements.

Les 51 tombes datent "vraisemblablement" de la transition du Moyen Age à l’Epoque Moderne, précise le communiqué, en relation avec une léproserie. "La Maladaire" en serait le dérivé toponymique, alors que quelques fondations d’un bâtiment documentées à une trentaine de mètres des tombes pourraient en être les vestiges.

"Les superpositions de tombes laissent à penser que l’utilisation de ce cimetière a pu être relativement longue", estime le SAEF. Il faudra toutefois attendre des datations et des analyses plus approfondies pour préciser la chronologie et la fonction du site romontois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.