Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Rafael Nadal demeure bien le cauchemar de Roger Federer dans les tournois du Grand Chelem. Pour la huitième fois en dix affrontements, le Bâlois a dû rendre les armes.
Rafael Nadal s'est imposé 6-7 (5/7) 6-2 7-6 (7/5) 6-4 en demi-finale de l'Open d'Australie après 3h42' de match. Le no 2 mondial livrera dimanche sa quinzième finale dans un tournoi majeur face au vainqueur de la rencontre qui opposera vendredi soir le tenant du titre Novak Djokovic à Andy Murray. Il visera un onzième titre, son deuxième à Melbourne.
Une fois de plus, le travail de sape de Rafael Nadal a payé. Débordé en début de rencontre, le Majorquin n'a cessé de jouer le revers de Federer pour renverser le cours de cette demi-finale. Physiquement et mentalement, il a pris l'ascendant au fil des jeux pour conclure sur sa seconde balle de match avec ce coup droit de Federer qui sortait des limites du court.
Roger Federer peut, bien sûr, nourrir beaucoup de regrets sur cette demi-finale. Aux deuxième et troisième sets, c'est lui qui a réussi le premier break. Mais à 7-6 1-0 sur son service, il n'a pas pu conserver le "momentum". Il laissait revenir Nadal au score avant de céder une deuxième fois son service dans cette manche au sixième jeu sur, il est vrai, deux miracles de Nadal en passing.
Le grand tournant de la partie fut ce jeu de service de Federer à 4-3 au troisième set. Le Bâlois, qui venait de ravir l'engagement du Majorquin, n'a pas su porter l'estocade à cet instant. Il concédait ce break à 15 et laissait sans doute passer sa chance.
Enfin, Roger Federer n'a pas été accompagné par la réussite sur le dernier jeu de cette partie. Après avoir écarté une balle de match, le Bâlois croyait bien avoir égalisé à 5-5 partout avec son attaque de coup droit sur la balle de break. Mais en position désespérée, Nadal pouvait remettre cette balle en lob sur la ligne de fond et pousser un Federer qui n'en croyait pas ses yeux à la faute. La chance avait choisi son camp: celui de Rafael Nadal.
Cet Open d'Australie était le huitième tournoi de rang Grand Chelem qui n'a pas souri à Roger Federer. On rappellera que le Bâlois avait conquis son seizième et dernier titre majeur à Melbourne justement en 2010.

ATS