Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Roger Federer s'est qualifié pour sa septième finale en dix participations au tournoi sur herbe de Halle (All), son deuxième "jardin" après Wimbledon. Il y affrontera l'Allemand Tommy Haas.
Il n'a laissé aucune chance au Russe Mikhaïl Youzhny, battu 6-1 6-4 après une heure pile de jeu.
Youzhny, 31e joueur mondial, s'est montré bien trop défensif pour inquiéter le numéro 3 mondial. Federer a dominé le match à sa guise, dérangé tout au plus par les trois balles de break que son adversaire s'est procurées au milieu du premier set. Le Bâlois s'est imposé à sa quatrième balle de match, remportant son treizième succès en autant de matches face à l'ex-numéro 8 mondial.
"Avec de telles statistiques, j'étais le favori et en tant que tel, c'était plutôt à lui de changer sa tactique", a expliqué Federer. "Il a essayé de faire plus d'amorties que d'habitude, mais je suis resté concentré. Il a aussi mal commencé la partie et n'a pas mis assez de rythme. Tout s'est parfaitement terminé pour moi même si je n'ai pas pu conclure le match tout de suite."
Cinq fois vainqueur du tournoi allemand (2003, 2004, 2005, 2006 et 2008), Federer est chez lui à Halle. Il y possède du reste depuis cquelques jours une rue à son nom, la Roger-Federer-Allee. Le genre d'attention qu'il apprécie particulièrement. L'occasion est belle pour lui cettte année de reprendre son titre que lui avait ravi Lleyton Hewitt (Aus) en 2010, pour ce qui reste sa seule défaite à ce jour en finale du tournoi (Federer était absent l'an dernier).
Le Bâlois jouera dimanche contre l'Allemand Tommy Haas (ATP 87), qui a vaincu son compatriote et tenant du titre Philipp Kohlschreiber (ATP 34) 7-6 (7/5) 7-5. Il mène 10-2 face à Haas (34 ans), qui disputera sa première finale depuis 2009 et son titre à... Halle.
S'il réédite son niveau de jeu de samedi, l'homme aux 16 titres de Grand Chelem n'a pas grande chose à craindre. La variété de ses coups et sa légèreté dans le déplacement ont fait merveille face à un Youzhny trop souvent "à la limite" dans l'échange.

ATS