Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"A l'année prochaine": L'Espagne du football respire lundi matin après le changement de ton de la star du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, qui s'est adressé aux supporters dimanche soir.

Il l'a fait 24 heures après avoir mis en doute son avenir à Madrid.

Pour le quotidien sportif Marca, qui écrit en Une "Cristiano reste", les déclarations de la star portugaise ne sont qu'un "énième coup de colère" de CR7 dont la "prolongation est en cours" avec un salaire estimé entre 30 et 33 millions d'euros par an.

Samedi soir, quelques instants après le nouveau sacre des merengue en Ligue des champions face à Liverpool (3-1), Ronaldo avait mis en émoi la planète football en déclarant au passé "c'était bien de jouer au Real Madrid" avant d'ajouter qu'il parlerait "dans les prochains jours pour donner une réponse aux supporters qui, eux, sont de mon côté".

Mais dimanche soir, lors de la célébration de la victoire à Madrid, CR7, qui a été l'un des joueurs à se mettre le plus en avant lors de la fête, a pris le micro pour dire "à l'année prochaine" aux milliers de "madridistas" réunis place de Cibeles.

Selon la presse, le quintuple Ballon d'Or, qui est dans la ligne de mire du fisc espagnol, ne se sent pas suffisamment défendu par le club et pas rémunéré à sa juste valeur. Il n'aurait en outre pas apprécié que le président du Real, Florentino Perez, lorgne sur le Brésilien Neymar pour en faire sa prochaine tête de gondole.

CR7, 33 ans, a prolongé en novembre 2016 son contrat - jusqu'en 2021 - pour un salaire annuel estimé à 23,6 M EUR (28,3 millions de francs) par la presse. Mais son éternel rival du Barça Lionel Messi gagne plus sur une saison en cumulant salaire brut, primes et revenus publicitaires: 126 M EUR contre 94 M EUR pour Ronaldo.

Si ces déclarations n'étaient au final qu'un coup de colère de la star portugaise, elles pourraient toutefois laisser des traces, El Pais, premier tirage du pays, jugeant notamment qu'il y a "plusieurs façons d'être le protagoniste d'une victoire en finale de Ligue des champions" mais que "Cristiano Ronaldo a choisi samedi la pire de toutes".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS