Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le transport des marchandises en Suisse se remet lentement de la crise. Les prestations de transport routier et ferroviaire se sont accrues de 2% en 2010, après avoir diminué de 7% en 2009 suite à la crise économique, selon les chiffres publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

La crise économique de 2009 a eu de fortes répercussions sur le transport de marchandises en Suisse. La diminution avait été bien plus marquée pour le transport ferroviaire (-14%) que pour le transport routier (-2%). Avec la reprise économique, le transport de marchandises est reparti à la hausse en 2010, de 4% pour le rail et de 1% pour la route.

Cette évolution traduit une croissance globale de 2% par rapport à 2009. Le niveau des prestations de transport n'atteint toutefois pas encore celui d'avant la crise. La part du rail dans les transports terrestres de marchandises se monte à près de 40% en Suisse, ce qui est comparativement élevé: elle n'est que de 18% en moyenne dans les 27 pays membres de l'UE.

Trajets à vide

Pour des raisons de rentabilité, les entreprises de transport s'efforcent de les réduire le plus possible, mais doivent s'accommoder de trajets à vide inévitables. C'est par exemple le cas du transport de matériaux d'excavation dans des véhicules basculants, où les véhicules retournent vers le chantier le plus souvent sans chargement.

En 2010, les véhicules lourds indigènes de transport de marchandises ont parcouru en moyenne 29% des distances à vide. On observe sur ce plan de nettes différences selon le type de carrosserie: alors que les véhicules basculants ont parcouru 42% des kilomètres à vide, cette part n'atteignait que 17% pour les camions frigorifiques, utilisés avant tout pour les transports de denrées alimentaires.

ATS