Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président russe Dmitri Medvedev a fait jeudi plusieurs concessions aux opposants du gouvernement russe. A deux jours d'une grande manifestation à Moscou, il a annoncé une réforme du système politique et des mesures de lutte contre la corruption.

Une chaîne de télévision publique indépendante devrait également être créée. Lors de son discours devant le parlement, M. Medvedev a affirmé avoir "entendu" les appels au changement, tout en dénonçant les "provocateurs et extrémistes" de l'opposition qui poussent le pays vers le "chaos".

Les législatives du 4 décembre ont suscité une contestation sans précédent dans le pays depuis les années 1990. L'opposition a dénoncé de vastes fraudes au profit du parti au pouvoir Russie unie qui a gardé la majorité absolue à la Douma (chambre basse).

Diverses mesures

Dmitri Medvedev a annoncé le retour à l'élection directe des gouverneurs de région, nommés par le Kremlin depuis 2004, l'assouplissement des règles d'enregistrement des partis politiques et l'abaissement de deux millions à 300'000 du nombre de signatures d'électeurs à présenter pour l'enregistrement d'une candidature à la présidentielle.

Dans une nouvelle tentative de freiner la corruption dans le système bureaucratique russe, tous les fonctionnaires publics devraient signaler leurs dépenses importantes.

Pas de date précise

Le président russe a enfin proposé la création d'une chaîne de télévision publique qui ne serait pas sous le contrôle de l'Etat. Dmitri Medvedev n'a cependant pas précisé quand ses propositions entreraient en vigueur.

Les milieux d'opposition ont réagi en dénonçant des promesses vides émanant d'un président en fin de mandat, qui s'effacera en mars prochain derrière Vladimir Poutine.

ATS