Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a mis en garde jeudi l'opposition contre tout débordement qui sera réprimé "par tous les moyens légitimes". Il a accusé les Etats-Unis d'avoir fomenté la contestation contre les législatives, un scénario du "chaos".

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui a sévèrement critiqué dès lundi la manière dont les législatives ont eu lieu, "a donné le la pour certains activistes à l'intérieur du pays", a déclaré M. Poutine.

"Personne ne veut le chaos", a ajouté l'homme fort de la Russie, qui ambitionne de revenir au Kremlin à la présidentielle de mars prochain. "Nous sommes contraints de défendre notre souveraineté", a-t-il poursuivi.

Un millier d'arrestations

Des milliers de Russes ont manifesté depuis dimanche pour dénoncer les résultats des législatives remportées par le parti au pouvoir Russie unie, de manière frauduleuse selon l'opposition.

Environ un millier de personnes ont été interpellées lors de ces manifestations dispersées sans ménagement à Moscou et Saint-Pétersbourg, et nombre d'entre elles, dont plusieurs leaders d'opposition, ont été condamnées à des peines allant jusqu'à 15 jours de prison.

L'opposition a appelé via les réseaux sociaux à une grande manifestation samedi Place de la Révolution, à deux pas du Kremlin, malgré les mises en garde des autorités qui n'ont autorisé qu'une manifestation de 300 personnes.

ATS