Navigation

Saisie de deux tonnes d'ivoire et d'écailles de pangolin

Les douanes vietnamiennes ont saisi plus de deux tonnes d'ivoire et d'écailles de pangolin, dissimulées dans un bateau en provenance du Nigeria (archives). KEYSTONE/EPA NATIONAL PARKS BOARD/NATIONAL PARKS BOARD HANDOUT sda-ats
Ce contenu a été publié le 24 décembre 2019 - 08:31
(Keystone-ATS)

Les douanes vietnamiennes ont saisi plus de deux tonnes d'ivoire et d'écailles de pangolin, dissimulées dans un bateau en provenance du Nigeria, un des pays d'Afrique qui participe le plus à la contrebande d'"or blanc", a-t-on appris mardi auprès des médias locaux.

Une cargaison soigneusement dissimulée dans des boîtes en bois a éveillé les soupçons et conduit à la découverte de 330 kilogrammes d'ivoire et d'1,7 tonne d'écailles de pangolin, a précisé Hai Quan Online, porte-parole du département des douanes.

Le Vietnam est un haut lieu de consommation et une plaque tournante pour le trafic d'animaux sauvages qui génère des milliards de dollars.

Commerce interdit depuis 1992

Bien que le commerce de l'ivoire soit officiellement interdit depuis 1992, le pays reste un marché de choix pour les défenses d'éléphant, en plus d'être un point de transit vers la Chine voisine.

Le commerce illégal d'ivoire est le troisième trafic le plus rentable après les stupéfiants et les armes. Il est alimenté par une forte demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d'éléphant sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation. Il peut être revendu jusqu'à 7000 euros le kilo.

Quant aux écailles de pangolins, elles sont recherchées en Asie du Sud-Est pour leurs prétendues propriétés médicinales contre l'acné, le cancer ou l'impuissance.

Malgré l'interdiction de son commerce depuis 2016, l'animal peut encore s'acheter dans des échoppes de Hong Kong, où ses écailles se vendent à prix d'or.

Un million ont été chassés dans les forêts d'Afrique et d'Asie au cours des dix dernières années, à mesure que l'appétit pour le quadrupède s'envolait en Chine ou au Vietnam.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.