Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le peuple ne se prononcera en principe pas sur un contre-projet à l'initiative contre les rémunérations abusives. Le Conseil national a retourné sa veste. La question des bonus excessifs et autres parachutes dorés devrait être réglée dans la loi, et non dans la Constitution.
La Chambre du peuple n'a pas pu se prononcer sur le fond, mais uniquement sur une prolongation d'un an du délai de traitement de l'initiative de l'entrepreneur Thomas Minder. Par 98 voix contre 91, elle a accepté de fixer la date-butoir au 26 août 2011. UDC, PLR et Verts libéraux ont fait front contre le camp rose-vert, le PBD et le PDC.
Ce report doit permettre aux Chambres fédérales de discuter d'un contre-projet indirect, basé sur une révision du droit de la société anonyme (SA), a assuré Christian Lüscher (PLR/GE) au nom de la majorité. La démarche, proposée par la commission des affaires juridiques du Conseil des Etats, a été cautionnée par celle du National.
Le National avait initialement choisi d'inscrire la réglementation contre les salaires abusifs dans la Constitution (contre-projet direct).
Eveline Widmer-Schlumpf a critiqué les manoeuvres politiciennes qui discréditent la politique. Le peuple réclame des solutions à ses préoccupations, a lancé la conseillère fédérale.
La majorité de droite espère quant à elle que Thomas Minder se décidera à retirer son initiative. Mais il est vraisemblable que le patron de Trybol ne se prononce qu'une fois que le projet aura été finalisé, a admis Hans Kaufmann (UDC/ZH).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS