Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Salaire en baisse pour Boris Collardi, ex-patron de Julius Baer

Boris Collardi a nettement moins gagné l'an dernier, départ de Julius Baer oblige (archives).

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Directeur général de Julius Baer, Boris Collardi a vu son salaire chuter l'an passé. Le Vaudois, qui a quitté le gestionnaire de fortune zurichois un mois avant la fin de 2017, a perçu un salaire annuel de 1,72 million de francs, contre 6,49 millions en 2016.

Suite à son départ avec effet immédiat, annoncé le 27 novembre dernier, Boris Collardi ne s'est vu verser que sa rémunération fixe de base, soit 1,5 million de francs, ressort-il du rapport annuel publié lundi par Julius Baer. A ce montant, sont venus s'ajouter 218'000 francs versés dans le cadre de la prévoyance professionnelle, notamment.

M. Collardi, qui assumera ses nouvelles fonctions d'associé du groupe genevois Pictet en tant que coresponsable de la gestion de fortune dès juin prochain, a dû renoncer à la part variable de sa rémunération, laquelle s'est hissée à près de 4,5 millions de francs en 2016. L'ex-directeur général de Julius Baer perçoit encore son salaire durant les six mois du délai de résiliation de son contrat de travail.

Successeur de Boris Collardi à la tête de Julius Baer, Bernard Hodler a pour sa part touché un salaire total de 4,82 millions de francs l'an dernier. Sa rémunération fixe de base s'est montée à 700'000 francs et la partie variable à 3,7 millions. S'y sont ajoutés 420'000 francs au titre de la prévoyance professionnelle.

Charges liées au personnel en hausse

La rémunération de l'ensemble de la direction général de l'établissement zurichois s'est fixée à 17,68 millions de francs, en baisse de 3,7% au regard de 2016. Celle des administrateurs s'est en revanche envolée de 23% à 3,73 millions, le conseil d'administration ayant vu le nombre de ses membres augmenter de dix à onze.

Le président de l'organe de surveillance, Daniel Sauter, a gagné 1,1 million de francs, une somme en hausse de 2,8%. Considérées dans leur ensemble, les charges de personnel de Julius Baer ont augmenté l'an dernier de 16,5% à 1,55 milliard, dont 1,22 milliard pour les salaires et bonus (+10,6%).

A l'image de son accession à la tête de l'établissement zurichois, Boris Collardi a pour mémoire suscité la surprise en annonçant son départ. En s'assurant les services du directeur général de Julius Baer depuis 2009, le groupe Pictet a pour sa part frappé un gros coup.

Boris Collardi représente le 42e associé de l'histoire de Pictet, établissement fondé en 1805 - et, à 43 ans, le plus jeune membre du collège. Celui-ci est formé par ordre d'ancienneté par Nicolas Pictet, Renaud de Planta, Rémy Best, Marc Pictet, Bertrand Demole et Laurent Ramsey.

Ascension-éclair

Entré chez Julius Baer en 2006 à la faveur de la nomination de son mentor Alex Widmer à la tête des affaires de gestion de fortune du groupe qui ne s'est alors pas encore scindé en deux entités distinctes, M. Collardi assume la direction opérationnelle. Le Nyonnais mène l'intégration du gestionnaire d'actifs GAM ainsi que des banques privées Ferrier Lullin, Ehringer & Armand von Ernst et Banco di Lugano, tous rachetés à UBS en 2005.

Mais en décembre 2008, Alex Widmer, devenu patron du gestionnaire de fortune Julius Baer, qui s'est séparé de GAM, met fin à ses jours. Johannes de Gier, président du conseil d'administration de GAM, le remplace ad intérim.

Le 1er mai 2009, Boris Collardi est nommé à la surprise générale à la tête de la banque privée zurichoise, créant une grande surprise. Le jeune patron, alors âgé de 34 ans seulement, romand et de plus sans cursus universitaire, va poursuivre la politique d'expansion de Julius Baer.

En 2010, le groupe rachète les affaires suisses de la banque néerlandaise ING. Puis il reprend en 2012 à Bank of America celles de gestion de fortune hors Etats-Unis et Japon de Merrill Lynch.

En un peu plus de huit ans sous la direction de Boris Collardi, Julius Baer, qui a aussi réglé son différend fiscal avec les Etats-Unis, a vu ses fonds sous gestion bondir de 153,6 milliards de francs à fin 2009 à 388 milliards l'an passé. Son effectif est passé de 3078 à 6292 collaborateurs, dont 1396 conseillers à la clientèle.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.