Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sans l'Europe et l'UE, aucun pays européen ne sera plus fort politiquement, économiquement ou culturellement, estime Wolfgang Schäuble.

KEYSTONE/AP/GEERT VANDEN WIJNGAERT

(sda-ats)

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble met en garde dans une tribune publiée jeudi ses "amis français" contre toute tentation populiste. Il les exhorte notamment à ne pas jeter l'UE "avec l'eau du bain du mécontentement" lors de l'élection présidentielle.

Le scénario d'une possible victoire de Marine Le Pen, qui défend notamment la sortie de la France de la zone euro et une refonte - voire la sortie - de l'Union européenne, suscite l'inquiétude au sein du bloc européen, toujours ébranlé par le choc du Brexit de juin dernier.

La candidate du Front national, qui reste en tête des intentions de vote pour le premier tour, au coude à coude avec Emmanuel Macron (En Marche!), présente l'élection présidentielle comme un "référendum pour ou contre la France".

Responsabilité particulière

La globalisation, notamment l'émergence de nouvelles puissances économiques, "préoccupe nos concitoyens et les fait parfois douter de la pertinence de l'Europe", souligne Wolfgang Schäuble dans les colonnes de l'hebdomadaire Le Point.

"Faut-il pour autant selon la formule en français, jeter le bébé Europe avec l'eau du bain du mécontentement? Pas le moins du monde", ajoute-t-il.

"Français et Allemands nous avons une responsabilité particulière, de protection de cette Europe, de cette Union européenne que nous avons portée avec nos quatre autres partenaires sur les fonts baptismaux il y a 60 ans avec le Traité de Rome", poursuit-il.

Pas plus forts en dehors de l'UE

Sans l'Europe et l'UE, aucun pays européen ne sera plus fort politiquement, économiquement ou culturellement, estime le ministre des Finances.

Au-delà de Marine Le Pen, plusieurs candidats à l'élection présidentielle ont exprimé leur désir de sortir des traités européens (Jean-Luc Mélenchon) ou ont dénoncé la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel en appelant à une régulation de l'immigration (François Fillon).

"Les Allemands ont confiance dans la sagesse des Français et leur refus d'un nationalisme borné et destructeur", poursuit Wolfgang Schäuble. "Ce cycle électoral pourra être justement l'occasion de donner une impulsion nouvelle au travail commun de nos deux pays pour une Europe plus forte et efficace".

L'économie se reprend

Le point de départ est pour le moins encourageant souligne-t-il. "L'économie de la zone euro s'est bien reprise et croît à un rythme inédit depuis dix ans. Les créations d'emplois s'accélèrent et le taux de chômage vient de passer sous la barre des 10%", ajoute-t-il, reconnaissant toutefois un nombre encore trop important de personnes en recherche d'emploi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS