Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le taux d'aptitude au service militaire est resté stable en Suisse l'an dernier, à quelque 65% des conscrits. A l'exception de Fribourg (66,2%), tous les cantons romands sont en dessous de la moyenne. Zurich se retrouve quant à lui en queue de peloton, avec 53,8%.

Genève affiche un taux de 55,9%, le Jura 55,7%, Neuchâtel 56%, Vaud 59,7% et le Valais 57,6%. On est ainsi loin des résultats affichés dans certains petits cantons alémaniques (NW, LU, OW, AR et GL) qui affichent des valeurs variant entre 74,8% et 79%. Pour Berne, le taux est de 68,9%, selon les chiffres publiés jeudi par le Département fédéral de la défense (DDPS).

L'an dernier, 44'262 jeunes ont été évalués dans les centres de recrutement de l'armée (contre 41'959 en 2010), une hausse qui s'explique par une augmentation des classes d'âge constatée dans les cantons de Vaud et Zurich.

Raisons psychiques ou physiques

3234 conscrits n'ont pas été retenus et 41'028 ont fait l'objet d'une décision: 65,08% (contre 66,13 en 2010) ont été déclarés aptes au service militaire et 15,53% (15,9%) aptes au service de protection civile. Les motifs d'inaptitude sont aussi comparables à l'année précédente: 41% (39%) pour raisons psychiques, 41% (43%) pour raisons physiques et 18% (18%) pour une combinaison des deux facteurs.

Le nombre de femmes recrutées est resté stable: 142 se sont présentées volontairement et 118 ont été déclarées aptes. 32 femmes ont opté pour un service long. Ce type d'engagement à la cote d'une manière générale: 4358 militaires ont pu être recrutés au total en 2011 contre 3805 en 2010 et 2168 en 2009. Le DDPS explique cette hausse par la publicité faite pour ces fonctions.

ATS