Navigation

Stockage d'énergie: un projet novateur présenté à l'EPFL

Ce contenu a été publié le 12 mai 2014 - 16:20
(Keystone-ATS)

Un système prometteur de gestion et stockage d'énergie au moyen d'air comprimé a été présenté lundi à l'EPFL. Soutenu par le canton de Vaud à hauteur de 1,66 million, le projet qui est en phase pilote s'appuie sur la technologie du piston hydraulique. Il devrait être commercialisé d'ici 2017.

Le système HyPES permet de fournir à la demande de l'énergie produite par une source renouvelable, comme le solaire photovoltaïque ou l'éolien. Il est développé depuis 2002 à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) au Laboratoire d'énergétique industrielle (LEI), a déclaré son directeur Alfred Rufer.

Innovation majeure, le piston mécanique qui génère des pertes thermiques importantes et dont le rendement est faible est remplacé par un piston hydraulique. Pompée dans un cylindre, l'eau comprime l'air dans l'espace restant, ce qui confère au système un rendement optimal, avec peu de pertes thermiques, a expliqué son concepteur, le professeur Sylvain Lemofouet, aujourd'hui directeur de la start-up Enairys Powertech qui commercialise le projet.

Ecologique et durable

L'air à haute pression est ainsi stocké dans des bouteilles. Il peut être conservé sans perte jusqu'au moment où il sera nécessaire de générer à nouveau de l'électricité, par détente dans ce même cylindre, a poursuivi M. Lemofouet.

Il s'agit d'une solution écologique qui utilise de l'air et de l'eau. Elle est durable, car elle permet la récupération et la réutilisation d'énergie. Enfin, elle permettra des économies substantielles comparée aux systèmes électrochimiques, a -t-il noté. Outre deux laboratoires de l'EPFL et Enairys Powertech, d'autres partenaires sont impliqués dans le projet, comme la HEIG-VD et les Services industriels de Lausanne.

Phase pilote

Le brevet a d'ores et déjà été attribué et le système est prêt pour l'industrialisation et la commercialisation. Un protoype d'une puissance de 25 kW sera installé à la centrale photovoltaïque de Mont-Soleil (BE), puis les SIL en testeront un deuxième au printemps 2015.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.