Navigation

Swatch Group tient à la Suisse malgré le franc fort

Ce contenu a été publié le 25 mai 2014 - 13:01
(Keystone-ATS)

Le groupe horloger Swatch Group tient à son implantation en Suisse, malgré l'impact négatif persistant de la force du franc. "Le swiss made constitue pour nos montres un devoir", clame son directeur général Nick Hayek dans une interview à la "SonntagsZeitung".

"Le franc suisse continue à être surévalué", explique Nick Hayek dans les colonnes de l'hebdomadaire alémanique. "Beaucoup se sont habitués à cette situation, mais cela est dangereux", avertit-il parce qu'elle empêche le développement de nouveaux produits et la production en Suisse.

Nick Hayek revient par ailleurs sur les conséquences de l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse, le 9 février dernier, en déplorant un surcroît de bureaucratie. "Les régions et les cantons doivent formuler des propositions de mise en oeuvre", conseille-t-il.

L'industrie horlogère a besoin des frontaliers, ajoute le patron de Swatch Group. A ses yeux, le message de l'initiative vise à freiner l'immigration et non à l'interrompre. C'est pourquoi Nick Hayek en appelle désormais à des solutions "constructives".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.