Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ONU va retirer de Syrie son "personnel international non essentiel" en raison de l'aggravation des conditions de sécurité, a annoncé l'organisation lundi. Elle limitera également les déplacements de ses employés dans le pays.

Selon l'agence de presse IRIN, qui dépend du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), l'ONU a notamment décidé de suspendre tous les déplacements en dehors de Damas. Parmi le personnel international, 25 personnes, sur un total d'une centaine, pourraient quitter le pays dès cette semaine.

Certaines agences de l'ONU vont aussi se retirer de la ville d'Alep, qui est le théâtre de combats entre l'armée syrienne et les opposants. Au moins une agence de l'ONU maintiendra une présence dans chaque grande région de Syrie en dehors de Damas, en fonction de la disponibilité du personnel local.

"La situation de sécurité est devenue extrêmement difficile, y compris à Damas", a déclaré Radhouane Nouicer, coordinateur de l'aide humanitaire en Syrie, cité par IRIN. L'ONU "doit réévaluer la taille de sa présence dans le pays ainsi que la manière dont elle fournit l'aide humanitaire", a-t-il ajouté.

Un responsable fuit

Par ailleurs, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères Jihad Makdissi, a quitté son poste et s'est rendu lundi à Londres à partir de Beyrouth, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Il a été poussé à la démission par l'entourage du président, mais pas par le président lui-même, et il est parti avec sa famille lundi par l'aéroport de Beyrouth vers Londres", a affirmé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS