Navigation

Syrie: la Chine fait de "nouvelles propositions constructives"

Ce contenu a été publié le 01 novembre 2012 - 22:24
(Keystone-ATS)

La Chine a annoncé jeudi avoir fait de "nouvelles propositions constructives" pour tenter de mettre fin au conflit syrien, alors que les rebelles multiplient les opérations coup-de-poing contre les soldats du régime. L'opposition a imputé l'influence croissante des jihadistes à l'inaction de la communauté internationale.

Dans une apparente tentative de positionner le pays au coeur des efforts visant à résoudre le conflit, la Chine a décrit de manière détaillée les propositions faites au médiateur international de l'ONU Lakhdar Brahimi, en visite à Pékin.

Elle a notamment proposé un cessez-le-feu organisé région par région et par phases, et la formation d'un gouvernement de transition. Le plan de Pékin s'appuie sur sa position de longue date consistant à soutenir la médiation entre les "parties concernées" et de s'opposer à une intervention de la communauté internationale.

Pour une solution politique

Le ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi, qui a rencontré Lakhdar Brahimi mercredi, a réitéré les appels de Pékin à une "résolution politique" du conflit. La Chine et la Russie ont exercé à plusieurs reprises leur droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU pour bloquer des résolutions visant à faire pression sur le régime.

Sur le terrain, les violences auraient encore fait au moins 153 morts jeudi, selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Ce dernier a recensé plus de 36'000 tués depuis le début de la révolte en mars 2011.

Brutalité filmée

Parmi les victimes de jeudi, au moins 28 soldats ont été tués au combat ou froidement exécutés dans des attaques de rebelles contre trois barrages militaires près de la ville de Saraqeb (nord-ouest), a rapporté l'OSDH, basé en Grande-Bretagne, mais qui s'appuie sur un réseau de militants et de médecins.

Une vidéo diffusée par des militants montre des rebelles en train de frapper une dizaine de soldats blessés, avant de les aligner sur le sol et de les achever en les traitant de "chiens de chabbihas d'Assad", nom donné aux miliciens pro-régime.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.