Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Perchés sur le balcon d'un bâtiment public d'Afrine, des soldats ont brandi le drapeau turc. Plus loin, des rebelles syriens se sont rassemblés au pied d'une statue d'une figure historique de la résistance kurde, déboulonnée.

Keystone/EPA/DHA / DOGAN NEWS AGENCY

(sda-ats)

Le drapeau turc flotte désormais sur Afrine en Syrie: après quasiment deux mois d'offensive, la Turquie et ses alliés syriens ont rempli un objectif majeur en chassant de cette ville du nord-ouest de la Syrie la milice kurde qu'Ankara considère comme "terroriste".

Les Kurdes de Syrie ont réagi en promettant de se battre pour la "libération" de toute la région d'Afrine, cible depuis le 20 janvier d'une offensive de la Turquie qui avait pour but d'en déloger les Unités de protection du peuple (YPG). Cette milice, considérée par Ankara comme une menace à sa frontière, a été l'allié de Washington dans la lutte contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Ces derniers jours, l'avancée des forces turques et de leurs alliés rebelles syriens vers la ville d'Afrine a entraîné un exode massif de civils, à l'image de celui également en cours sur un autre front syrien, dans la Ghouta orientale, près de Damas, où le régime combat des groupes rebelles.

Tirs en l'air et parades

Dimanche, quelques heures après leur entrée dans Afrine, combattants syriens et soldats turcs se sont déployés dans l'ensemble des quartiers de la ville, tirant en l'air et paradant pour célébrer leur victoire, ont rapporté des correspondants de l'AFP.

Perchés sur le balcon d'un bâtiment public, des soldats ont brandi le drapeau turc. Plus loin, des rebelles syriens se sont rassemblés au pied d'une statue d'une figure historique de la résistance kurde, déboulonnée. "Des unités des Forces syriennes libres, qui sont soutenues par les forces armées turques, ont pris le contrôle total du centre-ville d'Afrine à 08h30" (06h30 suisses), a annoncé triomphalement le président turc, Recep Tayyip Erdogan.

L'administration locale kurde de la région d'Afrine a toutefois promis que ses combattants deviendraient un "cauchemar permanent" pour l'armée turque et les rebelles syriens dans l'enclave. "La résistance à Afrine va se poursuivre jusqu'à la libération de chaque territoire", a-t-elle clamé dans un communiqué.

Plus de 2200 morts

A la mi-journée, aucun combattant des YPG n'était visible dans la ville d'Afrine, où se trouvaient seulement quelques civils, a constaté un correspondant de l'AFP. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que plus de 1500 combattants kurdes avaient été tués, ainsi que 400 rebelles alliés à la Turquie, depuis le début de l'offensive sur l'enclave. L'armée turque a de son côté fait état de 46 soldats tués et 225 blessés dans ses rangs.

Avec le quasi-encerclement de la ville, les bombardements aériens et les tirs d'artillerie s'étaient intensifiés ces derniers jours. La Turquie nie avoir visé la population mais l'OSDH évalue à plus de 280 le nombre de civils tués depuis le début de l'offensive d'Ankara.

Echappant à l'avancée des forces turques, près de 250'000 personnes ont quitté depuis mercredi la ville d'Afrine, empruntant un couloir dans le sud de la cité menant vers des territoires tenus par les Kurdes ou le régime syrien, a indiqué l'OSDH. D'après cette ONG, il ne resterait que quelques milliers d'habitants dans la ville.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS