Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La communauté de la voile de Tahiti s'est retrouvée dimanche pour rendre un hommage en mer à Laurent Bourgnon. Le navigateur franco-suisse a disparu lors d'une plongée dans un atoll de Polynésie française le 24 juin.

Plus d'une centaine de personnes, embarquées sur une quinzaine de bateaux - voiliers, pirogues, hors-bord -, se sont rassemblées dans la baie de Matavai. Caroline Bourgnon, la femme de Laurent, entourée de proches et de voileux ont lancé à la mer colliers et couronnes de fleurs au son des cornes de brume.

"Laurent a toujours apporté son savoir et son humilité. Je suis en admiration de ce qu'il a apporté à nos enfants", a déclaré Thierry Hars, président de la fédération tahitienne de voile. Laurent Bourgnon, dont le fils adolescent pratiquait la voile à Tahiti, était investi dans les activités et avait notamment aidé la Saga, une école de voile pour enfants défavorisés.

Vendredi, des proches, marins et admirateurs avaient aussi rendu un hommage au navigateur, à Raiatea, haut lieu de la voile dans l'archipel des Iles-Sous-Le-Vent où il avait vécu cinq ans avec sa famille avant de venir s'installer à Tahiti l'an dernier. Vingt-trois bateaux s'étaient regroupés dans la passe Te Ava Piti, où Laurent Bourgnon aimait plonger avec ses enfants.

Emporté vers le fond

Caroline Bourgnon a confié qu'elle quittait la Polynésie vendredi pour regagner la France, où sont déjà ses quatre enfants. Après les hommages en Polynésie, une autre cérémonie est prévue le 25 juillet à Agon-Coutainville, le village de Normandie (ouest de la France), où ils s'étaient rencontrés.

Laurent Bourgnon avait disparu le 24 juin, après une plongée sous-marine à Toau, un atoll de l'archipel de Tuamotu. Son frère Yvan Bourgnon, tout juste arrivé d'un tour du monde à la voile, s'était immédiatement rendu dans le Pacifique pour participer aux recherches, qui se sont révélées vaines.

Aucun indice n'ayant été retrouvé, l'hypothèse la plus probable est que Laurent Bourgnon ait été emporté vers le fond par un courant sortant dans une passe.

ATS