Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe technologique bernois Feintool est revenu dans les chiffres noirs en 2010/11. Il a bouclé l'exercice clos fin septembre sur un bénéfice net de 12,1 millions de francs pour ses activités poursuivies, après une perte de 11,9 millions l'année précédente.

Le résultat opérationnel (EBIT) du groupe, spécialisé dans les technologies de découpage, formage et montage automatisé est ressorti à 17 millions de francs (0,8 million en 2009/10), pour un chiffre d'affaires accru de 6,6% (+16,3%, un montant corrigé des effets de change) à 360,2 millions, a annoncé Feintool mercredi.

Le bénéfice enregistré permet au conseil d'administration de proposer à l'assemblée générale un dividende de 4 francs par action. Les deux exercices précédents, qui s'étaient soldés par des pertes, n'avaient pas rapporté de dividende.

Pour mémoire, le groupe est depuis le début de cette année en mains à hauteur de 81,2% de la société de participation Artemis de l'investisseur industriel alémanique Michael Piper, également propriétaire du groupe Franke (installations de cuisines, machines à café et salles de bain).

Les entrées de commandes ont progressé d'un exercice à l'autre de 7,6% à 415,2 millions de francs, et le carnet de commandes s'est étoffé de 26,1% à 188 millions. Le groupe, dont 80% du chiffre d'affaires environ vient de l'industrie automobile, bénéficie en particulier de la très forte demande des marques allemandes dans le secteur haut de gamme.

Perspectives favorables

Compte tenu de ces commandes, Feintool - qui alignera dès l'an prochain ses comptes sur l'année calendaire - se considère comme favorablement positionné. La firme s'est donnée comme objectif 2012 un chiffre d'affaires entre 350 et 390 millions de francs, avec une marge EBIT de 4 à 6% (4,7% pour l'exercice écoulé, selon le rapport de gestion).

Durant l'exercice écoulé, Feintool s'est séparé de plusieurs entités, ce qui a amené 16,1 millions de francs dans ses caisses, permettant notamment de réduire son endettement net de 16,9% à 41,9 millions de francs.

ATS