Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le WWF renonce à faire recours contre le tir du loup autorisé par le Valais le 13 août dernier. Une opposition ne tiendrait pas face à la nouvelle législation. L'organisation restera toutefois vigilante.

La chasse est ouverte durant 60 jours contre le loup qui a tué 28 moutons entre le 19 juin et le 8 août 2015 sur les alpages du Vallon de Réchy et du Val d'Anniviers. Tel en a décidé le conseiller d'Etat valaisan Jacques Melly le 13 août dernier.

La présence du loup sur ces alpages n'a plus été détectée depuis longtemps. Ils sont considérés comme non prioritaires pour la mise en place de mesures de protection, dites raisonnables, et le périmètre de tir a donc été limité.

Il est "lamentable que 20 ans après le retour naturel du loup en Suisse, il reste encore autant de troupeaux qui ne soient pas protégés", a réagi le WWF après la décision de tir. Après examen du dossier, l'organisation renonce à déposer un recours qui ne tiendrait pas face à l'ordonnance sur la chasse révisée le 15 juillet 2015.

Morceler le territoire alors que l'on sait que le loup ne s'encombre pas de frontière et traverse de nombreux endroits sans être détecté est insensé, a indiqué jeudi à l'ats Marie-Thérèse Sangra, secrétaire générale du WWF Valais. L'organisation restera attentive et n'hésitera pas à faire recours si une nouvelle autorisation de tir devait être délivrée ces prochaines années pour le même périmètre. Car des mesures de protection auront dû alors être prises.

ATS