Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse recense toujours moins d'exploitations agricoles, en reflux de 2,1% en 2014 par rapport à l'année précédente. Mais la culture biologique progresse. Elle est désormais pratiquée dans près de 11,5% des domaines.

Selon le relevé annuel publié mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS), l'an dernier s'inscrit dans la continuité: plus de trois exploitations disparaissent chaque jour. Le nombre total s'est fixé à 54'046 unités. Depuis 1985, près de la moitié ont disparu.

Comme cela avait déjà été constaté en 2013, les exploitations restantes s'agrandissent. Preuve en est que la surface utile est demeurée stable sur douze mois, à 1,05 million d'hectares. Un gâteau qui se répartit majoritairement entre les zones herbagères (71%) et les cultures céréalières (14%) - du blé et de l'orge avant tout. L'aire moyenne se situe à 19 hectares par unité.

Plus de 6000 fermes "bio"...

La production "bio" séduit toujours davantage de paysans. Elle couvre près de 134'000 hectares dans 6195 domaines, soit 2,4% de plus qu'en 2013. Les éleveurs font également honneur à cette philosophie: 13% des fermes avec bétail la mettent en oeuvre.

La surface moyenne est de 21,6 hectares. Les cantons des Grisons (1314 exploitations) et de Berne (1165) sont les mieux dotés dans ce secteur. Au total, 134'000 hectares sont désormais cultivés en bio en Suisse, soit 13% du total des surfaces.

... et de poules

L'effectif des personnes employées est resté stable en 2014, pour atteindre 158'800 personnes. Près de la moitié (45%) travaillent à plein temps. La main-d’oeuvre étrangère demeure minoritaire, représentant 9,8% des collaborateurs. Mais elle progresse (+9%) par rapport à 2013.

Du côté des bêtes, le cheptel bovin s'élève à 1,56 million de têtes, dont plus d'un tiers de vaches laitières (38%). Si les moutons, avec 403'000 individus, confirment la lente diminution constatée depuis plusieurs années, le nombre de chèvres s'est stabilisé autour des 88'000 têtes.

L'élevage avicole continue en revanche de croître. Le nombre de poules pondeuses et poulets de chair a augmenté en 2014 de 6,4% par rapport à 2013.

Le changement structurel dans l'agriculture va selon toute vraisemblance se poursuivre. Agroscope pronostiquait récemment la disparition de 10'000 fermes supplémentaires d'ici 2024, des petites exploitations pour la plupart.

ATS