Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après une journée de repos bien méritée, le Tour de France entame sa dernière partie dans les Alpes. La 17e étape mènera les coureurs de Digne-les-Bains à Pra-Loup, sur 161 km.

Le Britannique Chris Froome, qui "vit comme un rêve d'être en tête" à cinq étapes de la fin du Tour de France, se "méfie de la descente du col d'Allos", endroit clé de cette 17e étape, a-t-il déclaré. Le sommet du col d'Allos se situe en effet à 22 kilomètres de l'arrivée, jugée au sommet d'une ascension de six kilomètres vers Pra-Loup.

"Je m'attends à ce que des coureurs tentent d'attaquer avant la descente. Contador, les Movistar, Nibali... Ce ne serait pas la première fois que Vincenzo gagne du temps en descente", a expliqué le maillot jaune.

En tête du classement général avec 3'10 d'avance sur le Colombien Nairo Quintana, Froome estime se trouver "dans une situation rêvée" alors qu'il reste quatre étapes de montagne avant l'arrivée à Paris. "Chacune des étapes aura son propre challenge, a-t-il énoncé. La descente d'Allos mercredi, les lacets de Montvernier jeudi, puis La Toussuire et l'Alpe d'Huez où j'espère être mieux qu'il y a deux ans", a-t-il poursuivi en faisant référence à la fringale dont il avait été victime en 2013.

Sur ses adversaires, Froome a estimé que "Quintana sera fort car il a montré qu'il a toujours les jambes". Et sur le contexte de suspicion qui l'entoure depuis plusieurs jours, le leader de la formation Sky a une nouvelle fois assuré que "rien ne pourrait (le) déconcentrer".

ATS