Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après avoir été adoubé par son parti, mardi, Pierre Maudet a expliqué les raisons de sa candidature au Conseil fédéral aux médias, mercredi, à Genève.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Pierre Maudet, qui brigue la succession de Didier Burkhalter, a légitimé mercredi devant les médias son ambition pour le Conseil fédéral. "Toutes les candidatures enrichissent le débat", a fait savoir le conseiller d'Etat genevois.

Pour le magistrat, qui a été officiellement désigné par les délégués du parti libéral-radical genevois mardi soir, il est positif d'avoir plusieurs candidatures à proposer. "Le PLR doit mettre dans sa vitrine sa diversité". La population, de son côté, veut du contenu et non pas "nous voir faire de l'épicerie".

Le conseiller d'Etat de 39 ans a évoqué, lors de la conférence de presse, les sujets brûlants, à ses yeux, pour la Suisse. Dans le cadre des affaires avec l'étranger, la priorité doit être donnée à l'amélioration des relations avec l'Union européenne (UE), qui sont décisives pour la prospérité du pays.

En matière économique, l'élu PLR genevois aimerait une politique monétaire plus "proactive". Il souhaiterait notamment que la Banque nationale suisse (BNS) utilise une petite partie de ses actifs pour les réinjecter dans l'économie innovante. Dans le domaine de la sécurité, il milite pour la souveraineté numérique du pays.

ATS