Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Travail au noir: la lutte progresse et les contrôles s'améliorent

Berne - La lutte contre le travail au noir progresse. Le nombre de contrôles est passé de 9264 à 11'120 l'an dernier, se félicite le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans son rapport annuel. Les soupçons d'infraction sont quant à eux à la baisse.
Selon le SECO, les efforts de lutte contre le travail au noir dans les cantons se sont intensifiés par rapport à 2008, première année d'exécution. Reste encore un potentiel d'amélioration dans la collaboration entre l'organe de contrôle et les autorités spéciales chargée de prendre des mesures.
Le nombre d'inspecteurs est passé de 51,5 à 57,2 équivalents plein temps et celui des personnes contrôlées de 35'141 à 38'352, souligne le rapport publié mardi.
Le nombre d'infractions suspectées est à la baisse: -46%, à 4507, dans le domaine du droit des assurances sociales, - 6%, à 4708, dans celui du droit des étrangers et -13%, à 1969, dans celui du droit de l'impôt à la source. Mais ce recul est davantage lié à une amélioration de la qualité des rapports remis par les cantons qu'à une baisse du travail au noir, note le SECO.
Le nombre de mesures administratives et de sanctions a augmenté mais reste à une niveau bas. Des amendes ont été perçues pour un total de 269'144 francs dans trois cantons (Genève: 115'256 francs, Vaud: 55'300 francs et Schaffhouse 53'160 francs).
De nouveaux types de sanctions sont en outre possibles en cas d'infractions importantes ou répétées au droit des assurances sociales et au droit des étrangers. L'autorité cantonale compétente peut, jusqu'à 5 ans, exclure l'employeur concerné des marchés publics ou diminuer les aides financières qui lui sont accordées.
Les premières sanctions de ce type ont été prises l'an dernier: vingt-cinq, toutes à Genève. Le SECO explique cette situation par l'expérience du canton dans ce domaine. Les autres cantons devraient suivre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.