Toute l'actu en bref

La carrière de marbre de Peccia, qui offre une qualité proche de celle de Carrare, en Italie (archives).

KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI

(sda-ats)

Un centre international de sculpture devrait voir le jour au printemps 2019 dans le Val Maggia, au Tessin. Le Conseil d'Etat est prêt à investir 3 millions de francs, la moitié du budget de ce projet qui s'appuie sur une école et une carrière déjà existantes à Peccia.

Fort de ce soutien de l'Etat, la Fondation internationale pour la sculpture peut désormais aller de l'avant. Une demande de permis de construire devrait être déposée cette année encore et le premier coup de pioche suivre en 2018, a indiqué mardi la fondation.

Le reste des fonds devrait provenir de dons, d'autres subsides ainsi que d'une contribution de la commune voisine de Lavizzara, à l'entrée de laquelle devrait s'ériger le nouveau centre. Celui-ci comprendra des bâtiments d'exposition, des surfaces de bureaux et des ateliers.

Ces derniers, au nombre de cinq, constitueront le coeur du centre. Les artistes qui y seront invités pour une saison estivale de six mois, pourront y travailler, au choix, le bois, le métal ou la pierre.

Grâce à un mécène, il sera possible non seulement d'offrir l'atelier aux artistes, mais également le gîte. Ce dernier se trouvera à Peccia, a précisé à l'ats Almute Grossmann-Naef. Avec Alex Naef, cette dernière dirige la "Scuola di Scultura" de Peccia. Et tous deux sont parmi les promoteurs du centre international de sculpture.

Des colloques réservées aux artistes ou des événements ouverts au public sont également prévus dans ce centre. Ce dernier n'est pas prévu par hasard près de Peccia, le village ayant acquis sa notoriété grâce à la qualité de sa carrière de marbre blanc. L'école de sculpture de Peccia s'est du reste fait une renommée par-delà les frontières.

Il y a une dizaine d'années, la carrière de marbre de Peccia, ouverte pour la première fois en 1964, a connu une nouvelle vie après trois ans de suspension de ses activités d'extraction. Elle a été appelée en renfort de Carrare (I) à la suite de deux grosses commandes passées par l'Inspectorat fédéral de la construction et l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

ATS

 Toute l'actu en bref