Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello a annoncé le 28 août dernier que le bilan de l'ouragan Maria était passé de 64 morts, un chiffre longtemps jugé largement sous-estimé, à 2975 morts (archives).

KEYSTONE/EPA EFE/THAIS LLORCA

(sda-ats)

Donald Trump a contesté jeudi le bilan officiel des victimes de l'ouragan Maria sur Porto Rico en septembre 2017, qui avoisine les 3000 morts. Il a accusé les démocrates d'en avoir gonflé les chiffres pour le mettre en difficulté.

Le gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello a annoncé le 28 août dernier que le bilan de l'ouragan Maria était passé de 64 morts, un chiffre longtemps jugé largement sous-estimé, à 2975 morts. Ce nouveau chiffre inclut les décès directs ou indirects dus à cette tempête dans les mois qui ont suivi son passage.

"Il n'y a pas eu 3000 morts dans les deux ouragans qui ont frappé Porto Rico", a lancé Donald Trump sur Twitter alors qu'un nouvel ouragan, Florence, approche la côte Est des Etats-Unis. "Quand j'ai quitté l'île, après le passage de l'ouragan, il y avait 6 à 18 morts. Le temps passait et ça ne montait pas beaucoup. Puis, longtemps après, ils ont commencé à annoncer de très gros chiffres, comme 3000", a poursuivi le président américain. "Cela a été fait par les démocrates pour me présenter sous le plus mauvais jour possible", a conclu Donald Trump.

Ces messages ont provoqué la colère de Carmen Yulin Cruz, la maire de San Juan, la capitale portoricaine, qui avait critiqué l'an dernier la réponse de Donald Trump et son administration face aux ravages provoqués par l'ouragan sur l'île caraïbe. "Voilà ce à quoi ressemble le déni après la négligence: M. Le Président, dans le monde réel, des gens sont morts sous votre garde. Votre manque de respect est effroyable!" a-t-elle dit sur Twitter.

Le plus puissant

Le nouveau bilan de 2975 morts a été établi par une étude universitaire commandée par le gouverneur à l'Institut Milton de santé publique, rattaché à l'Université George Washington. Il englobe les morts qui peuvent être attribués directement ou indirectement à Maria entre la date de son passage, en septembre 2017, et la mi-février dernier. Les chercheurs ont comparé la mortalité prévisible dans des circonstances normales et les chiffres correspondant à ces mois-là à Porto Rico.

Maria a été le plus puissant ouragan à frapper ce territoire en près de 90 ans. Ricardo Rossello est membre du Nouveau Parti progressiste, une formation portoricaine classée au centre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS