Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La guerre commerciale entre les USA et la Chine ne connaît pas de répit (photo prétexte).

KEYSTONE/EPA/ALEKSANDAR PLAVEVSKI

(sda-ats)

La guerre commerciale entre les USA et la Chine se poursuit. Le président américain Donald Trump s'est dit prêt vendredi à instaurer des taxes punitives sur tous les produits chinois importés par les Etats-Unis si nécessaire.

"Je suis prêt à aller jusqu'aux 500", a affirmé M Trump sur la chaîne de télévision CNBC, en référence aux 505,5 milliards de dollars de produits chinois importés par les Etats-Unis en 2017.

"Je ne le fais pas à des fins politiciennes, je le fais pour faire ce qui est bon pour notre pays". "Ca fait longtemps que la Chine nous arnaque", a-t-il ajouté.

Après avoir imposé des taxes à l'importation sur les machines à laver, les panneaux solaires, l'acier et l'aluminium et déjà 34 milliards de dollars de produits chinois au total, Washington a annoncé le 10 juillet une nouvelle liste de produits visés, portant sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises.

Au total, ce sont 250 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis qui pourraient désormais être touchés : 50 milliards initiaux (les 34 milliards déjà ciblés et 16 milliards bientôt divulgués) et 200 milliards récemment annoncés.

Déficit abyssal

Outre un déficit commercial abyssal, Washington reproche à Pékin "le vol" des droits de propriété intellectuelle, des barrières non-douanières et des transferts de technologies imposés lorsque sont constituées des joint-ventures avec les Chinois.

De leur côté, les autorités chinoises ont accusé Washington d'avoir déclenché "la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique". Elles ont annoncé le 6 juillet des mesures de rétorsion portant également sur 34 milliards de dollars d'importations américaines, notamment du porc et du soja.

Pékin a aussi fait part du dépôt "immédiat" d'une plainte supplémentaire contre les Etats-Unis devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

"Je ne veux pas qu'ils aient peur", a encore dit le président américain, toujours à propos des Chinois. "J'aime vraiment beaucoup le président Xi (Jinping). Mais c'est très injuste".

Au cours de la même interview, Donald Trump a aussi ouvertement critiqué la politique monétaire de la Fed, une initiative rarissime de la part de l'exécutif face à une banque centrale qui se targue de son indépendance.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS