Navigation

Trump gracie deux éleveurs condamnés pour incendie criminel

La condamnation des deux incendiaires avait provoqué l'occupation de la réserve naturelle de Malheur en 2016 (archives). KEYSTONE/AP The Oregonian/THOMAS BOYD sda-ats
Ce contenu a été publié le 11 juillet 2018 - 00:30
(Keystone-ATS)

Le président américain Donald Trump a gracié mardi deux éleveurs, condamnés en 2016 à des peines de cinq ans de prison pour l'incendie criminel de terres fédérales. Leur condamnation avait entraîné l'occupation d'une réserve naturelle dans le sud-est de l'Oregon.

Les deux hommes, un père de 76 ans et son fils, avaient été reconnus coupables en 2012 d'avoir provoqué un incendie criminel, qui s'était étendu à des terres fédérales, cela après des années de contentieux avec le bureau of Land Management.

Ils avaient été condamnés en première instance à une peine inférieure au minimum de cinq ans de réclusion prévu pour pareil crime. Le père avait été libéré après trois mois de détention et le fils au bout d'un an.

Décision "injuste"

A la suite d'un appel de l'Etat en 2016, un autre juge avait renvoyé les deux hommes en prison pour qu'ils purgent la totalité des cinq ans requis par le code pénal, ce qui avait provoqué pendant 41 jours l'occupation de la réserve naturelle de Malheur.

Dans un communiqué, la Maison-Blanche a estimé que la décision prise en 2016 par un magistrat était "injuste" et que l'incendie n'avait brûlé qu'"une petite superficie" de terres fédérales. A ce jour, le père a purgé trois ans de détention et son fils quatre.

Les défenseurs de l'environnement ont déploré la décision de Donald Trump. Certains estiment que cela "adresse un signal dangereux aux gardiens des parcs naturels, aux pompiers chargés de protéger les zones sauvages et aux agents chargés de faire respecter la loi".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article