Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président américain a été vu en train de frapper la balle sur un des parcours de golf de Turnberry en Ecosse, adressant un signe de la main à des manifestants qui, un peu plus loin, scandaient des slogans "Non à Trump" ou "Non à des Etats-Unis racistes".

KEYSTONE/AP/PETER MORRISON

(sda-ats)

Des milliers de personnes ont défilé samedi à Edimbourg contre Donald Trump. Le président américain achevait sa visite au Royaume-Uni en profitant de son complexe hôtelier écossais de Turnberry.

"Je serai au Trump Turnberry (nom du luxueux établissement sportif et hôtelier, ndlr) pour deux jours de réunions, d'appels et, je l'espère, de golf - ma principale forme d'exercice!", a tweeté samedi matin le président américain. Il est arrivé vendredi soir en Ecosse.

"Le temps est magnifique, et cet endroit est incroyable!", a ajouté le dirigeant. Il rejoindra ensuite Helsinki en Finlande où il retrouvera son homologue russe Vladimir Poutine.

"Non à Trump"

A propos de golf, le président américain a été vu en train de frapper la balle sur un des parcours de Turnberry (côte ouest), adressant un signe de la main à des manifestants qui, un peu plus loin, scandaient des slogans "Non à Trump" ou "Non à des Etats-Unis racistes".

Plus à l'est à Edimbourg, la capitale de la nation septentrionale du Royaume-Uni, ce sont quelque 9000 personnes, selon la police, qui ont défilé contre la visite de M. Trump au Royaume-Uni, sa première officielle en tant que président des Etats-Unis.

"Trump à la poubelle", "Pas le bienvenu", "L'Ecosse dit non à Trump", clamaient les pancartes brandies par les participants, au milieu desquels flottaient des ballons géants représentant le président américain en couche-culotte. La veille, la manifestation londonienne avait rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Pieds dans le plat

Arrivé jeudi à Londres, le président américain a mis les pieds dans le plat en estimant, dans une interview au tabloïd The Sun, que la volonté de Theresa May de privilégier une relation étroite avec l'UE après le Brexit tuerait "probablement" la possibilité de conclure un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. Donald Trump s'est montré plus conciliant vendredi lors d'une conférence de presse.

Affichant sa volonté de parvenir à un "formidable" accord d'échange bilatéral avec Londres, M. Trump s'est voulu optimiste: "nous voulons faire des échanges avec le Royaume-Uni, ils veulent en faire avec nous". En écho, Theresa May a évoqué sa volonté d'aboutir à un accord "ambitieux" avec Washington.

Vendredi soir, quelque 2000 personnes s'étaient rassemblées à Glasgow, à environ une heure de route de Turnberry pour manifester leur opposition à Donald Trump. Signe du climat ambiant, Donald Trump avait été accueilli à l'aéroport de Glasgow par un représentant du gouvernement britannique, et non par la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS