Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement tessinois a répété vendredi sa préférence pour la construction d'un deuxième tube au Gothard lors d'une réunion avec Doris Leuthard. Des représentants d'Uri, des Grisons et du Valais étaient également présents pour discuter de l'assainissement du tunnel.

Le canton d'Uri a indiqué se conformer à la volonté populaire qui s'est exprimée contre un second tube. Il souhaite que les travaux d'assainissement soient limités aux mois d'hiver.

Uri et le Tessin s'entendent cependant pour rejeter l'"autoroute ferroviaire" voulue par Berne pendant la réfection du tunnel. Ils sont particulièrement opposés aux stations de chargement et déchargement, situées sur leurs territoires, qui l'accompagneraient.

Revendications entendues

L'Office fédéral des routes estime que le ferroutage des camions entre Rynächt (UR) et Biasca (TI) serait techniquement faisable, bien qu'onéreux. Il serait plus judicieux d'utiliser cet argent pour quelque chose de définitif, juge le conseiller d'Etat tessinois Marco Borradori. Et de proposer que l'"autoroute ferroviaire" continue jusqu'aux frontières nationales.

La ministre des transports Doris Leuthard a déclaré dans un communiqué avoir pris connaissance des attentes des cantons. Son département va en tenir compte lorsqu'il les soumettra au Conseil fédéral. Ce dernier se prononcera en la matière durant le premier semestre 2012.

Le tunnel routier du Gothard sera rénové de 2020 à 2025. Les divers scénarios envisagés prévoient sa fermeture totale au trafic pendant 900 jours ou partielle pendant près de 1300 jours, soit trois ans et demi. La réalisation coûterait entre 1,2 milliard et 2,7 milliards de francs, selon la variante.

ATS