Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ces dernières années, UBS a mis l'accent sur la gestion de fortune, au détriment de la banque d'affaires (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

UBS a conservé sa première place mondiale dans la gestion de fortune. Son rival, Credit Suisse, se classe, lui, au sixième rang du classement annuel établi par la société de conseil Scorpio Partnership.

A fin 2016, UBS gérait 2068,67 milliards de dollars (1991,72 milliards de francs), en hausse de 3,4% sur un an, rapporte lundi le cabinet londonien, qui se définit comme le leader mondial de la recherche en matière de gestion de fortune. Quant au numéro deux bancaire helvétique, il est surclassé par la Banque Royale du Canada (RBC).

Ces dernières années, les deux établissements suisses ont mis l'accent sur la gestion de fortune. Ce virage stratégique s'est opéré au détriment de la banque d'affaires.

A fin décembre, Credit Suisse affichait une masse sous gestion de 719,33 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 7,6%. RBC a connu pour sa part une croissance de 13,8% à 791,13 milliards.

Le trio de tête est complété par les américains Bank of America et JP Morgan, avec respectivement 1971,97 milliards de dollars (+1,6%) et 1950 milliards (+6,2%). Dans le top dix, sept banques se concentrent sur le marché américain, rapporte le Global Private Banking Benchmark 2017.

A elles seules, les cinq premières banques pèsent 36,5% du marché, avec 7700 milliards de dollars d'avoirs. Wells Fargo occupe la quatrième position.

Pictet grappille une place

Troisième banque cotée au Swiss Market Index (SMI), Julius Baer s'est hissé à la onzième position, contre la douzième en 2015. L'établissement zurichois a connu une progression de 8,9% de sa masse sous gestion à 323,90 milliards de dollars.

Une société romande figure dans le top 20, à savoir Pictet. La banque privée genevoise a grappillé une place, arrivant au 14e rang avec 246,32 milliards de dollars (+3%).

China Merchants Bank a connu l'avancée la plus fulgurante, avec une poussée de cinq rangs à la 15e position (238,96 milliards de dollars). Autre établissement chinois, Bank of China fait son apparition dans le classement à la 24e position. L'Asie a connu une accélération l'année dernière, explique la société de conseil britannique.

Deutsche Bank dégringole

Deutsche Bank a dégringolé au 16e rang, contre le 11e auparavant. Le mastodonte allemand a vu ses avoirs sous gestion fondre de quelque 30% sur un an à 227,24 milliards de dollars. En Europe, plusieurs acteurs majeurs ont subi un recul des volumes en raison notamment de restructurations, selon Scorpio.

Le classement comprend les 25 plus importants gestionnaires de fortune au monde, représentant 13'300 milliards de dollars de masse sous gestion ou 63,2% du marché global. Ce dernier a crû à 21'100 milliards en 2016, contre 20'400 l'année précédente (+3,8%), précise le communiqué. La collecte d'argent a stagné (-0,03%) en rythme annuel.

Le cabinet affirme également que les clients et les gestionnaires de fortune ont renforcé leur relation l'année dernière. Son indice, qui mesure l'étendue et la complexité des interactions banque-client, s'est étoffé de 5,7% en comparaison annuelle.

En termes de performance opérationnelle, les 25 établissements concernés ont vu leur rentabilité s'étioler, avec un ratio coûts/revenus moyen de 82,5%, péjoré de deux points de pourcentage sur un an. Les gains ont néanmoins pris l'ascenseur (+17,3%).

ATS