Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'aggravation rapide de la crise de la dette dans la zone euro menace les notes de solvabilité de l'ensemble des Etats européens, avertit Moody's. Même les pays les plus solides ne sont pas à l'abri d'un abaissement de leur note, relève l'agence d'évaluation financière américaine.

Dans un "commentaire spécial" sur les pays européens, publié dimanche, l'agence indique qu'elle considère toujours que la zone euro maintiendra son unité sans autre défaillance que celle de la Grèce, mais note que même ce "scénario 'positif' est porteur de conséquences très négatives pour les notes" des pays européens.

L'agence, qui a récemment averti que la France pourrait perdre son "triple A", lui permettant d'emprunter à des taux avantageux sur les marchés, signale ainsi clairement qu'aucun pays, même parmi ceux jugés les plus solides, comme les Pays-Bas, l'Autriche, la Finlande, voire l'Allemagne, n'est à l'abri d'un abaissement de la note.

"L'aggravation ininterrompue de la crise de la dette publique et des banques de la zone euro menace la qualité de crédit de tous les pays européens", écrit-elle.

"Alors que la zone euro dans son ensemble possède une force économique et financière énorme, la faiblesse de ses institutions continue d'entraver la résolution de la crise et de peser sur les notes" attribuées à la dette de ses pays membres, ajoute-t-elle.

Accroissement du risque de crédit

"En l'absence de mesures politiques qui stabiliseraient la situation des marchés à court terme ou de stabilisation de ces marchés pour toute autre raison, le risque de crédit (associé aux pays européens) va continuer de monter", estime l'agence.

Alors que des pays comme l'Italie ou la Hongrie, peinent de plus en plus à se financer à des taux viables sur les marchés, Moody's écrit que "l'élan politique pour mettre en oeuvre une solution efficace à la crise pourrait n'être trouvé qu'après une série de chocs, ce qui pourrait mener davantage de pays à se voir privés d'accès aux marchés du financement pour une période prolongée".

ATS