Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les chiens de protection peuvent représenter un danger pour les promeneurs. En Valais, un homme s'est fait mordre à une jambe. Les randonneurs doivent passer leur chemin avec calme, ne pas avoir de geste agressif, laisser le chien approcher et lui parler amicalement (photo symbolique).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Un chien de protection des troupeaux a mordu un randonneur la semaine dernière dans la région d'Ergisch en Valais. Le propriétaire a fait piquer l'animal.

La victime a été approchée par deux jeunes chiens, rapidement suivis par deux adultes, témoigne-t-elle dans les colonnes du Walliser Bote. L'un des chiens adultes lui a fait face alors que l'autre l'a mordu à la jambe. L'homme a dû voir son médecin pour arrêter les saignements.

La victime est responsable des chemins pédestres à l'office du tourisme de Tourtemagne (VS). Ce n'est pas la première fois qu'il rencontre des chiens de protection sur les chemins. Et il n'est pas rare que d'autres randonneurs rebroussent chemin en entendant les aboiements, malgré les panneaux expliquant le comportement à adopter, explique-t-il.

Le propriétaire des chiens a confirmé l'accident lundi à Keystone-ATS. Il s'est excusé auprès de la victime et prendra en charge tous les frais découlant de la morsure. Il précise que les chiens sont restés à une distance de 20 à 50 mètres des moutons qu'ils devaient garder.

Un chien à problème

Le propriétaire admet que le chien qui a mordu a déjà eu un comportement problématique avec des humains par le passé. Malgré ses efforts, il ne s'est pas assagi. Le propriétaire a finalement fait piquer l'animal "avant d'être visé par une plainte".

L'agriculteur est aussi un formateur de chiens de protection. Il dit veiller à ce que les chiens se concentrent sur la tâche qui leur est assignée: protéger les troupeaux contre des attaques de loups. L'agriculteur conseille aux promeneurs de passer calmement à côté des chiens, de laisser les chiens s'approcher et de leur parler amicalement.

Selon l'office vétérinaire cantonal, il y a en moyenne cinq agressions canines annoncées chaque année en Valais. La plupart sont bénignes. Il s'agit de griffures ou de légères morsures. Après enquête, l'office vétérinaire décide des mesures à prendre concernant le chien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS