Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 80 Tibétains et sympathisants au total se sont déployés samedi soir en portant des flambeaux sur le Pont du Mont-Blanc à Genève pour rendre hommage à leurs 70 compatriotes qui se sont immolés depuis 2009. Ils dénoncent la répression chinoise à leur encontre.

"Nous voulons le retour du dalaï lama: son exil est comme une maladie au coeur tibétain", a déclaré à l'ats Migmar Dolma, membre de l'Association de la jeunesse tibétaine en Europe. L'étudiante, dont les grands-parents ont dû fuir du Tibet, revendique l'indépendance de sa patrie.

Elle espère que le changement de l'équipe dirigeante chinoise permettra d'apporter une solution à la crise tibétaine. En attendant, les immolations sont de plus en plus fréquentes. Loin de montrer le désespoir des Tibétains, Migmar Dolma estime qu'elles sont le signe de leur résolution.

Les sympathisants se sont déployés en silence avec des flambeaux sur les deux trottoirs du Pont du Mont-Blanc. Ils portaient des pancartes expliquant le sens des immolations. L'hommage s'est terminé par l'hymne tibétain et un recueillement.

Ailleurs aussi

Des rassemblements similaires étaient organisés simultanément dans d'autres villes européennes. En Suisse, la communauté tibétaine totalise environ 5000 personnes.

Les Tibétains dénoncent la répression de leur religion et de leur culture ainsi que la domination grandissante des Han, ethnie fortement majoritaire en Chine. Pékin rejette ces accusations et considère le dalaï lama, qui vit en exil à Dharamsala, dans le nord de l'Inde, comme un dangereux "séparatiste".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS