Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un aide-cuisinier de 36 ans a été condamné vendredi par le Tribunal criminel de Lausanne à 20 ans d'emprisonnement pour assassinat. En juillet 2010, il a tué sa femme de plus de 30 coups de couteau.

L'homme a également été condamné pour les menaces de mort et les insultes qu'il avait proférées à l'encontre de son épouse auparavant. La peine correspond aux réquisitions du Ministère public. L'homme a pris la vie de sa victime avec une "sauvagerie indescriptible", "s'acharnant" sur son visage et sur son corps en présence de leur enfant, selon le jugement.

Il a "fait preuve d'égoïsme" tout au long de l'enquête, n'avouant "que du bout des lèvres" après plusieurs dénégations, tentant de minimiser les faits. Il n'a "pas hésité à salir" son épouse, prétendant qu'elle l'avait provoqué. L'enfant a été placé dans une famille d'accueil.

Séparation

Ressortissant marocain, l'homme a connu sa femme en 2008, alors qu'elle passait des vacances au Maroc. Ils se sont mariés en 2009 et ont eu une fille. En 2010, l'homme a rejoint son épouse en Suisse. Leur relation s'est alors détériorée, aboutissant à une séparation en avril. Depuis, l'homme avait à plusieurs reprises menacé son épouse de la tuer.

Le 2 juillet 2010, il a appris d'une proche que son épouse ne l'aimait plus. Il a quitté son travail en début d'après-midi en emportant un couteau de cuisine, puis s'est rendu chez un ami habitant l'appartement voisin de son épouse.

Sauvage agression

Vers 18h30, une dispute a éclaté entre l'ami du meurtrier et une femme qui se trouvait sur les lieux. L'homme s'est rendu devant la porte de son épouse. Celle-ci, entendant la dispute, a appelé la police. Elle a ouvert la porte pour aller voir le numéro de l'appartement voisin et l'indiquer aux agents.

L'homme s'est alors introduit de force dans l'appartement. Il s'est saisi de son couteau et a porté plus de 30 coups à sa victime, avant de l'égorger. Il est ensuite sorti avec sa fille et s'est dénoncé à la police. La femme est décédée une heure plus tard au CHUV.

ATS