Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Essen - L'offre soumise par le milliardaire Nicolas Berggruen a été retenue pour le rachat de Karstadt. Cette chaîne allemande de magasins appartenant au groupe Arcandor a déposé son bilan l'an dernier.
Un comité des créanciers de Karstadt a choisi la proposition présentée par Nicolas Berggruen avec le soutien du groupe du couturier Max Azria, BCBG Max Azria, aux dépens des offres concurrentes du fonds Triton et du consortium Highstreet emmené par Goldman Sachs.
L'homme d'affaires russe Artur Pakhomov, qui avait exprimé un intérêt pour la chaîne de magasins, n'a pas encore fait d'offre ferme, avait auparavant précisé Klaus Hübert Görg, porte-parole de l'administrateur judiciaire chargé de la vente de Karstadt.
Nicolas Berggruen, qui a remporté la compétition avec une claire majorité, a déclaré qu'il voulait conserver la marque Karstadt ainsi que les 25 000 emplois en jeu et améliorer l'attractivité des magasins.
Aucun détail sur les conditions financières de l'opération n'a été communiqué.
Le milliardaire voudrait lui obtenir des concessions des propriétaires des locaux, comme Highstreet qui détient environ les deux-tiers de la surface commerciale de Karstadt.
Le consortium semble toutefois peu disposé à faire des concessions et il a déclaré lundi :"nous nous en tiendrons aux conditions de notre offre".
L'administrateur judiciaire a indiqué qu'un contrat allait être signé dans la foulée avec Nicolas Berggruen et il espère que l'opération sera bouclée d'ici août. Elle doit encore recevoir le feu vert de l'office des cartels.
Un tribunal allemand doit par ailleurs se prononcer jeudi sur la viabilité du plan de l'administrateur judiciaire, dont l'une des conditions clef était la conclusion d'un accord avec un nouvel investisseur.
Karstadt faisait partie du groupe de distribution et de tourisme Arcandor, qui a déposé son bilan il y a un an, n'ayant pu s'assurer une aide publique.
Nicolas Berggruen développe une stratégie d'investissements diversifiés, allant d'une aide financière au groupe espagnol de presse Pisa à la restauration du restaurant berlinois Cafe Moskau.
Il est le fils de Heinz Berggruen, un collectionneur juif d'oeuvres d'art qui a fui l'Allemagne nazie dans les années 1930 avant de revenir plus tard à Berlin, sa ville natale. Il a donné 165 de ses peintures à une fondation culturelle pour une somme dérisoire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS