Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les jours se suivent et se ressemblent pour Roger Federer à la Halle Saint-Jacques. Le Bâlois est tout simplement dans le "dur" !

Au lendemain d'un succès acquis sur le fil devant Philipp Kohlschreiber (6-4 4-6 6-4), Roger Federer a dû aller à nouveau à la limite des trois sets pour valider son billet pour les demi-finales et pour n'être plus qu'à une victoire de la finale tellement attendue et espérée devant Rafael Nadal. Il s'est imposé 6-3 3-6 6-1 devant David Goffin dans un remake de la finale 2014. Une finale que Roger Federer avait remportée 6-2 6-2 sans trembler une seule seconde.

Une année plus tard, la donne a quelque peu changé. Le Belge s'est parfaitement "établi" dans le cercle des vingt meilleurs joueurs du monde - il est actuellement dix-septième - et la perspective de disputer le mois prochain à Gand la finale de la Coupe Davis contre la Grande-Bretagne lui donne des ailes. Pour sa part, Roger Federer ne témoigne pas de la même explosivité qu'en 2014. Même s'il a réussi des coups magnifiques, notamment au sixième jeu du troisième set pour obtenir un break qui devait sceller l'issue de la rencontre, le Bâlois n'a pas entièrement convaincu. Son premier tour de mardi contre Mikhaïl Kukuhskin a peut-être été un leurre en raison de la faiblesse de l'adversaire. Avec Kohlschreiber et Goffin, il a rencontré deux hommes d'un autre calibre que le Kazakh. Avec l'Américain Jack Sock (ATP 29), il affrontera un joueur de 23 ans qui tape très fort dans la balle et qui aura sans doute laissé ses complexes aux vestiaires pour se lancer résolument dans la bataille.

Roger Federer ne sera pas en terre inconnue. Il a découvert le jeu de Jack Sock à l'occasion d'un huitième de finale remporté sur le score sans appel de 6-3 6-2 en mars dernier à Indian Wells. Mais depuis cette rencontre dans le désert californien, le joueur de Kansas City a bien "garndi". ll a remporté le premier titre de sa carrière sur la terre battue de Houston avant de se hisser dimanche dernier en finale de Stockholm à la faveur notamment de deux succès contre des "Mousquetaires", Gilles Simon et Richard Gasquet. C'est Tomas Berdych qui devait finalement lui barrer la route en Suède.

A Bâle, l'Américain de 23 ans s'est qualifié pour cette demi-finale à la faveur de trois succès contre des compatriotes: 6-4 6-2 devant Denis Kudla (ATP 67), 7-6 6-3 face à John Isner (ATP 14) et, enfin, 5-7 6-4 6-2 contre Donald Young (ATP 49). Samedi, il sera appelé à sortir de cette zone de "confort" pour une rencontre qui constituera sans doute l'un des plus grands défis de sa carrière: battre l'homme aux dix-sept titres du Grand Chelem sur ses terres.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS