Navigation

Un policier sème la mort dans un hôpital: trois Américains tués

Ce contenu a été publié le 24 avril 2014 - 17:23
(Keystone-ATS)

Trois ressortissants américains ont été tués jeudi lors d'une fusillade dans un hôpital de Kaboul géré par une ONG américaine, ont annoncé le ministère de l'Intérieur afghan et des sources hospitalières. Les motivations du tireur, un policier, demeurent obscures.

L'attaque s'est déroulée vers 10h00 dans un hôpital géré par l'organisation américaine Cure International, basée à Lemoyne, en Pennsylvanie (est des États-Unis).

Le tireur, un policier affecté notamment à la sécurité de l'hôpital, se trouvait apparemment à l'extérieur de l'établissement. Il "a ouvert le feu sur des étrangers qui (y) entraient", avant de tenter de mettre fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête, ont indiqué les autorités afghanes.

"Il a été opéré avec succès mais est toujours dans un état critique. Nous espérons qu'il va se rétablir pour qu'il explique pourquoi il a perpétré cette attaque", a dit le chef de la police de Kaboul, Mohammad Zaher.

Un père et son fils tués

L'un des Américains décédés était un médecin qui travaillait pour l'hôpital depuis sept ans, a déclaré la ministre afghane de la Santé, Soraya Dalil. "Un père et son fils", qui effectuaient une visite à l'hôpital, ont également été tués, et une infirmière blessée, a-t-elle ajouté.

L'ambassade des États-Unis à Kaboul a confirmé sur Twitter la mort de trois ressortissants américains.

Attaque pas revendiquée

L'attaque n'avait pas été revendiquée jeudi à la mi-journée. Les talibans, qui mènent une violente insurrection dans le pays depuis leur éviction du pouvoir en 2001 par une coalition militaire internationale, n'avaient eux pas encore réagi.

Situé dans l'ouest de la capitale afghane, l'hôpital Cure International compte une centaine de lits, 27 médecins et 64 infirmiers, qui traitent quelque 37'000 patients par an, selon des informations publiées par l'ONG.

Organisation chrétienne

Présente dans une trentaine de pays, cette organisation chrétienne fondée en 1998 est notamment spécialisée dans la prise en charge des enfants.

Il s'agit de la dernière attaque en date contre des étrangers ou un site fréquenté par des étrangers en Afghanistan, après un début d'année marqué par de violents incidents.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.