Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lea Sprunger n'a pas failli. L'ambitieuse vaudoise de 28 ans, qui ne visait rien d'autre que l'or à Berlin, est devenue championne d'Europe du 400 m haies.

"C'est fou. Je n'arrive pas à réaliser. Ca fait du bien. J'ai travaillé dur pour cela depuis des années", a-t-elle lâché, forcément rayonnante. "C'est l'un des plus beaux jours de ma vie", a glissé la Nyonnaise de 28 ans, qui a mené sa course de main de maître pour s'imposer en 54''33, à huit centièmes du "vieux" record de Suisse d'Anita Protti.

"Je me suis mise toute seule sous pression en annonçant que je visais l'or. J'étais un peu prise par l'adrénaline au départ. Je suis pourtant restée calme. Mais j'ai un peu paniqué sur la dixième haie quand j'ai vu que j'étais en tête", a-t-elle concédé.

Lea Sprunger s'est finalement imposée avec 0''18 d'avance sur sa dauphine ukrainienne Anna Ryzhykova, le bronze revenant à la Britannique Meghan Beesley (55''31). "J’ai senti que l’Ukrainienne n’était pas loin. Mais je sais que mon point fort, c’est le plat", a-t-elle expliqué. "J’ai eu un blanc à l’arrivée. Tout à coup c’était fini, mon objectif était atteint*, a poursuivi la Vaudoise, qui ne savait même pas quel chrono elle avait réalisé!

"Nourrie des difficuktés"

Ce titre, programmé par Lea Sprunger et son coach Laurent Meuwly, survient deux ans après la médaille de bronze conquise lors des précédentes joutes continentales en plein air et un an après la 5e place obtenue lors des Mondiaux de Londres. Il vient panser des plaies encore bien ouvertes: son cuisant échec subi en finale du 400 m des Européens en salle 2017 de Belgrade, où elle n'avait pris que la 5e place alors qu'elle faisait figure de grande favorite, et sa disqualification - sévère - enregistrée en demi-finale du 400 m des Mondiaux en salle 2018 de Birmingham, où une médaille était à sa portée. "Je me suis toujours nourrie des difficultés dans ma carrière", a-t-elle souligné.

Ce sacre européen valide aussi le choix cornélien opéré par Lea Sprunger, qui avait décidé de se concentrer sur les haies basses à Berlin alors qu'elle détient également la meilleure performance européenne de l'année sur le 400 m plat. Une discipline moins "aléatoire" et moins risquée que le 400 m haies, mais une discipline où la concurrence est bien plus forte sur le plan mondial. La Vaudoise peut désormais poursuivre sereinement le travail de longue haleine effectué dans l'optique des JO de Tokyo 2020, le (dernier?) grand objectif de sa carrière.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS