Navigation

Un radar a flashé à tort les automobilistes durant trois ans

Ce contenu a été publié le 07 mai 2014 - 19:14
(Keystone-ATS)

Un radar situé à Russin (GE) a flashé à tort pendant trois ans les conducteurs qui dépassaient les 40 km/h, alors que le tronçon en question était limité à 50 km/h selon les panneaux de signalisation en vigueur à l'époque. Les personnes lésées pourront se faire indemniser.

Durant la période qui s'étend de fin 2009 à novembre 2012, 91 conducteurs ont été lésés, a indiqué mercredi la porte-parole du département de la sécurité Caroline Widmer, confirmant une information du "Matin". Une trentaine pourront se faire rembourser ou annuler leur amende si elle n'a pas encore été payée.

Les autres n'ont pas pu être identifiés, les amendes d'ordre étant anonymisées une fois payées. Mme Widmer invite les automobilistes qui pensent avoir été flashés à tort à se signaler au service des contraventions.

Ténacité

Selon "Le Matin", l'Etat a finalement reconnu son erreur dans cette affaire grâce à la ténacité d'un automobiliste qui s'est battu pendant trois ans devant les tribunaux pour faire annuler son amende. Le quotidien relève que ce combat a coûté à cet homme 1200 francs en frais d'avocats, qu'il a dû régler de sa poche.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.