Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - Le CP Berne devra attendre pour fêter son 13e titre. Un but deSeger à la 70e minute a permis à Zurich de s'imposer 2-1 à Berne et de pouvoir ainsi disputer un sixième match samedi au Hallenstadion.
Les Zurichois sont parvenus à gêner le développement du jeu des Bernois. Toutefois, les meilleures occasions étaient l'apanage des joueurs de la capitale. Thomas Déruns, en net regain de forme, et Ryan Gardner ont manqué d'un rien l'ouverture du score. Celle-ci tombait juste avant la mi-match. Domenico Pittis mettait fin à 153' de stérélité offensive des Lions.
La réussite du Canadien, qui concluait un service de Piitis, permettait aux Zurichois de marquer pour la première fois le premier but de la partie. Un avantage que les hommes de Bob Hartley ne sont pas parvenus à garder bien longtemps puisque moins de 4' plus tard, Etienne Froidevaux, parfaitement lancé par Tristan Scherwey laissait sur place la paire Stoffel - Schnyder avant de déposer le palet dans la lucarne de Flüeler.
Mais le match était ainsi parfaitement lancé. La troisième période fut la plus passionnante de toute la finale. Les Zurichois mettaient enfin les Bernois sous pression. Sans un grand Marco Bührer dans la cage, les coéquipiers de l'éternel combattant Mathias Seger auraient forcé la décision plus vite. Le portier bernois se montrait extraordinaire à deux reprises à la 56e minute face à Down et à Bärtschi.
Les Lions poursuivaient leur rush au cours de la prolongation. En trois minutes, Seger, Cunti et Bärtschi butaient sur un Bührer des grands soirs. Cette mauvaise habitude de gâcher tant d'occasions aurait pu se retourner contre les Lions mais finalement sur un palet perdu par Jean-Pierre Dumont - bien transparent dans ce cinquième opus - le vieux grognard Seger, le recordman des sélections en équipe de Suisse, mettait tout ce qui lui restait de force pour décrocher un tir violent. Cette fois-ci, Bührer ne pouvait que freiner le puck mais pas suffisamment. C'était l'explosion de joie dans les rangs zurichois et stupeurs dans les rangs bernois. Il n'y a plus que 3 à 2 pour Berne.

ATS