Toute l'actu en bref

C'est désormais la taille de l'enfant, et non plus son poids, qui doit déterminer le choix du siège. En outre, les enfants de moins de 15 mois doivent impérativement être installés dans le sens contraire de celui de la marche.

(sda-ats)

Les quelque 400 enfants victimes d'un accident de la circulation chaque année ont trois fois plus de risque d'être tués ou blessés sans siège adapté. Le bpa, le TCS et les garagistes rappellent les parents à leurs obligations et les aident à choisir le bon modèle.

Près d'un enfant sur quinze de moins de 12 ans ou mesurant moins de 150 cm est transporté sans siège adapté. C'est non seulement illégal, mais c'est surtout risquer sa vie, écrit mercredi dans un communiqué l'Union professionnelle suisse de l'automobile (UPSA) qui collabore dans cette action préventive avec le Bureau de prévention des accidents (bpa) et le Touring Club Suisse.

Asseoir son enfant dans un siège ne suffit pas cependant. Encore faut-il qu'il soit conforme et corresponde à sa physionomie. Or une enquête menée par le bpa et le TCS montre que dans un cas sur deux, tel n'est pas le cas.

Afin d'aider les parents à choisir le bon siège, le TCS réalise chaque année un test. Pour 2017, il a contrôlé et évalué 39 produits quant à la sécurité, l'utilisation, l'ergonomie, la toxicité et le nettoyage. Au total, 32 modèles ont été considérés comme "recommandables" ou supérieurs.

C'est réjouissant, mais cela ne résout pas le problème de l'embarras du choix. Le mieux est de s'adresser à son garagiste UPSA de confiance. Il connaît les normes en vigueur et sait quel siège est le plus adapté pour votre voiture, écrit l'UPSA.

Les normes ont du reste évolué récemment. Ainsi les sièges pour enfants ne doivent plus être choisis en fonction de leur poids, mais d'après leur taille. De plus, les enfants de 15 mois et moins doivent impérativement être transportés dans le sens contraire de la marche, dans des sièges testés conformément à cette norme.

ATS

 Toute l'actu en bref