Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une dizaine d'adolescents au comportement difficile passeront une semaine au col du Grand St-Bernard (VS) pour s'occuper des chiens du même nom. Si ce premier camp porte ses fruits, la Fondation Barry, organisatrice, développera l'expérience.

Les jeunes, accompagnés de leurs éducateurs, proviennent d'une école en Allemagne. Dès le 15 juin et durant une semaine, ils aideront les responsables du chenil à nourrir, promener, bref à s'occuper quotidiennement de la quinzaine de chiens qui séjournent de juin à octobre au col du Grand-St-Bernard.

"Le but est qu'à travers la communication avec les Saint-Bernard, les adolescents améliorent leur comportement et leur communication entre eux", a indiqué à l'ats Anja Ebener, membre de la direction de la Fondation Barry et responsable de la communication.

Action thérapeutique

Le bienfait thérapeutique des Saint-Bernard est déjà éprouvé par la fondation: des chiens spécialement formés rendent par exemple des visites régulières aux personnes handicapées physiques du Foyer Valais de Coeur et aux résidents de plusieurs établissements médico-sociaux (EMS) valaisans.

"L'an dernier, une famille avec deux enfants autistes est venue régulièrement voir les chiens. Les parents nous ont dit que leurs enfants n'avaient jamais exprimé autant d'émotions à la fois", relève Anja Ebener.

La Fondation Barry voit dans l'action thérapeutique des Saint-Bernard un potentiel important. Si ce premier camp est un succès, le concept sera développé, "en collaboration avec des institutions et des médecins".

ATS