Navigation

Une exécution suspendue au Texas sur fond de débat religieux

Le condamné à mort devait être exécuté à la prison d'Huntsville, au Texas (archives). KEYSTONE/AP/Pat Sullivan sda-ats
Ce contenu a été publié le 17 juin 2020 - 05:13
(Keystone-ATS)

La cour suprême des Etats-Unis a suspendu mardi une exécution au Texas au motif que l'Etat interdit la présence d'aumôniers de toutes confessions dans ses chambres de la mort. Le condamné de 43 ans devait être exécuté pour le meurtre d'une octogénaire en 1998.

Mais la cour suprême américaine lui a accordé un sursis à la dernière minute, le temps de déterminer si la présence d'un "conseiller spirituel" à ses côtés posait ou non de "sérieux problèmes de sécurité".

"En tant que fervent catholique, [le condamné à mort, ndlr] a besoin de l'aide d'un membre du clergé pour l'aider à passer à trépas", a réagi l'un de ses avocats. Le Texas, en décidant en avril 2019 d'interdire la présence d'un aumônier dans les chambres d'exécution, a bafoué, selon lui, un "droit protégé".

L'Eglise catholique du Texas, qui a saisi lundi la cour suprême des Etats-Unis, estime que cette interdiction empiète sur les libertés religieuses des condamnés à mort. "Refuser à un détenu menacé d'exécution imminente l'accès à un accompagnement et un conseil spirituel et religieux est cruel et inhumain", a déclaré dans un communiqué l'évêque du diocèse de Brownsville, Daniel Flores.

Covid-19 invoqué

Le condamné a toujours clamé son innocence pour le meurtre d'une propriétaire d'une aire pour camping-cars, frappée et lacérée de coups de couteau avant que ses trois assaillants ne prennent la fuite avec au moins 56'000 dollars en poche.

Ses avocats bataillaient depuis des semaines pour que son exécution soit repoussée. Ils avaient notamment demandé dans un courrier au gouverneur du Texas, Greg Abbott, 30 jours pour effectuer un test ADN qui pourrait, selon eux, l'innocenter.

La défense du condamné avançait par ailleurs que le nombre élevé de cas de Covid-19 dans le pénitencier d'Huntsville, où il est incarcéré, présentait un risque pour sa famille et les autres personnes qui assisteraient à son exécution.

Les prisons texanes sont des foyers de contamination du nouveau coronavirus. Le département de la justice du Texas y a recensé au total 7445 cas au sein de ses prisons, employés et détenus confondus.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.