Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La spécialiste en droit commercial Monika Roth a vertement critiqué la direction de Ruag: "Un magasin de chaussures est mieux organisé", selon elle (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

La spécialiste en droit commercial Monika Roth a fortement critiqué la direction de Ruag. Les entreprises de la Confédération pensent qu'il n'y a ni problèmes de corruption ni enrichissement personnel. "C'est présomptueux et faux."

La direction a échoué, a dit l'experte dans une interview avec la Zentralschweiz am Sonntag. "N'importe quel magasin de chaussures est mieux organisé. Il fait régulièrement des inventaires et remarque lorsqu'un produit manque." C'est scandaleux qu'une personne puisse se servir dans l'entrepôt, sans que cela soit enregistré, estime la Lucernoise.

"Tout manque"

Chez Ruag, il manque manifestement un inventaire et une comptabilité convenable. Ces manquements dans les mécanismes de contrôle sont d'autant plus incompréhensibles qu'il s'agit d'armes.

Pour Mme Roth, la direction devait appliquer la tolérance zéro en cas d'infractions; mais cela n'a pas été le cas. Epinglée par le Contrôle fédéral des finances il y a un an pour son manque de transparence et un système de vérification insuffisant, l'entreprise s'est plainte. "Un signal misérable", constate Monika Roth.

Le privé meilleur

La spécialiste tire un parallèle avec CarPostal, une autre entreprise aux mains de la Confédération. Dans les deux cas, les instances de contrôle "ont dormi". Les signaux d'alarme étaient clairs, mais les directions n'ont pas pris leurs responsabilités.

L'économie privée a, elle, réagi suite au scandale de corruption qui a touché l'entreprise de production électrique Alstom en 2011. Elle a amélioré les mécanismes de contrôle. "Il est grand temps que les entreprises de la Confédération se réveillent", conclut Mme Roth.

La semaine dernière, des perquisitions ont été ordonnées par le Ministère public de la Confédération (MPC) dans les locaux de Ruag suite à une plainte de cette dernière. Une enquête a été ouverte pour violation de la loi sur le matériel de guerre. Elle porterait sur des livraisons d'armes à la Russie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS